Ath 7800

Engouement pour les haies sauvages en Wallonie picarde et ailleurs

La saison de plantation des haies touche à sa fin mais il est encore temps de prendre sa bêche pour installer une haie mixte et ajouter ainsi quelques mètres au compteur de l’opération "Yes we plant".

La saison de plantation des haies touche à sa fin mais il est encore temps de prendre sa bêche pour installer une haie mixte et ajouter ainsi quelques mètres au compteur de l’opération "Yes we plant". Cette initiative de la région wallonne vise la plantation de 4000 km de haie (et un million d’arbres) en Wallonie avant la fin de l’actuelle législature. En cette fin janvier, on constate que 275 km de haies et 275.870 arbres ont déjà été plantés.

Ceux qui plantent, ce sont des agriculteurs, des collectivités, des associations, des communes mais aussi des particuliers. Les primes accordées dans le cadre de l’opération "Yes we plant" sont accessibles à partir de 20 mètres de haies.

Un arbre pour la Wallonie picarde

Le Parc naturel des Plaines de l’Escaut participe à cette opération "yes we plant" mais en réalité, il a commencé depuis longtemps son action de sensibilisation à l’intérêt de planter des haies mixtes et des arbres pour favoriser la biodiversité. L’opération "Un arbre pour la Wallonie picarde" a commencé en 2015 et depuis 2017, des kits de plantation sont offerts gratuitement à ceux qui en font la demande. Face à l’engouement déclenché par cette proposition, le Parc naturel se limite maintenant aux agriculteurs et aux collectivités. Joséphine Martin, chargée de projet, constate que cet hiver, l’intérêt pour les haies est particulièrement important. Mi-février, une nouvelle distribution est prévue, cela portera à 37 km la longueur de haie plantée.

Comme la Région wallonne, le Parc naturel favorise les essences indigènes comme l’aubépine, le charme, le noisetier, certains fruitiers… "Le plus important est de ne pas tailler trop souvent la haie pour lui permettre de porter des fleurs et des fruits, indispensables aux insectes et aux oiseaux qui seront ainsi attirés" explique Joséphine Martin. Des animaux qui deviendront des alliés précieux pour les agriculteurs et les jardiniers. Christian Vaneker, professeur d’agronomie et d’horticulture à la Haute école provinciale Condorcet d’Ath rappelle que le végétal est la base de la pyramide : "quand vous avez des végétaux, vous allez avoir toute la vie qui s’installe autour. Vous allez avoir des insectes, qui dit insectes dit oiseaux, vous allez avoir de la prédation d’oiseaux, vous allez avoir des mammifères qui interagiront avec vos cultures. C’est donc un ensemble qui demande de recevoir à nouveau ces abris pour accueillir toute cette vie bénéfique aussi bien pour l’agriculture que pour le citoyen en général".

Planter une haie à la fin de l’hiver

Revenons au calendrier de plantation. Même s’il n’est pas trop tard pour planter une haie mixte composée de plantes indigènes, les professionnels rappellent qu’il est préférable de l’installer avant l’hiver. Virginie Martin donne dès lors quelques conseils pour les plantations de fin d’hiver. Elle explique qu’il faut veiller à ce que les jeunes plantes ne manquent pas d’eau, il faut chouchouter les racines : "la veille de la plantation, il faut laisser tremper les racines dans la boue, c’est ce que l’on appelle "praliner" les racines. Si on a un printemps sec, il faut arroser et s’il y a une canicule en été, il faut être très attentif".

Isabelle Palmitessa

Retrouvez l'article original sur RTBF