En Chine, un pont futuriste élaboré par un architecte namurois

A l’orée des montagnes à l’ouest de Pékin, se dressent deux arches torsadées, asymétriques aux lignes surnaturelles : celles du pont Shougang, sur la rivière Yongding, un pont haubané de conception futuriste, 8 voies routières et 45000t d’acier soit 4 tours Eiffel.

Or pour ce chantier hors norme, les chinois ont été chercher deux auteurs européens, l’architecte namurois Nicolas Godelet et le français Bernard Viry. 

Tout en courbes et torsades, le pont est construit au moyen d’une usine provisoire établie à proximité, et d’immenses engins de levage, telle cette grue de 140m de hauteur. Future porte d’entrée occidentale, il doit être inauguré le 1er octobre pour le septantième anniversaire du régime. Pékin en attend des effets à la hauteur de son prix vertigineux, et qui dépasseront de loin le simple passage d’une rivière.

Comme dit Godelet : " le pont Shougang va forcer Pékin à faire revivre les aciéries de Pékin : au milieu de ses tours de refroidissement et de ses fours, vont naître les infrastructures des Jeux Olympiques d’hiver de 2022 et leur village d’athlètes. L’idée est aussi de donner une âme à une banlieue aujourd’hui à l’abandon ".

Eric Meyer

Retrouvez l'article original sur RTBF