Échec scolaire: un collège français s'inspire d'Harry Potter et fait chuter les heures de colle de 30%

Élèves indisciplinés, en retard, qui accumulent les heures de retenues, voici une situation récurrente dans de nombreuses écoles belges.

Si bien qu'en Fédération Wallonie-Bruxelles, on estime que l'échec scolaire a coûté 373 millions d'euros en 2018. Mais une école du Sud-est de la France pourrait bien avoir trouvé une solution qu'on ne retrouve pas dans les livres d'école. La méthode mise en place se trouve plutôt dans la littérature jeunesse, dans les pages des aventures d'Harry Potter.

Depuis la rentrée 2018, un collège située dans le village de Saint-Jeannet, au pied de deux montagnes de roche grises, utilise une méthode toute particulière pour donner la motivation à ses élèves. L'équipe pédagogique a mis en place un système qui ressemble beaucoup à celui de Poudlard, l'école de sorcier dans laquelle évolue le jeune sorcier rendu célèbre par les livres de J.K. Rowling.

Pourtant, hormis l'allure de film fantastique que donne le paysage qui borde l'établissement, on y retrouve ni escaliers mouvants, ni cours de défense contre les forces du mal, ni fantôme dans les toilettes. Bien loin du décor magique de la saga Harry Potter, c'est le système pédagogique de l'école de sorcellerie qui a inspiré cette école secondaire.

Sept maisons

Comme à Poudlard, les élèves de ce collège de Saint-Jeannet sont répartis dans différentes "maisons". Exit Gryffondor, Serdaigle, Serpentard et Poufsouffle, ici ce sont pas moins de sept "maisons" qui se côtoient. Elles s'appellent respectivement Phénix, Minotaure, Dragon, Chimère, Griffon, Kraken et Sphinx, de quoi garder l'aspect fantastique, les baguettes magiques en moins. Chacun de ces groupes rassemble des élèves des différentes classes et niveaux scolaires.

Cette organisation rencontre un triple objectif. D'abord, elle permet aux jeunes qui fréquentent l'établissement de se rencontrer entre eux. Si les classes existent toujours, les élèves sont amenés à rencontrer leurs camarades d'autres d'autres classes mais aussi d'autres années puisqu'ils les côtoient dans leurs maisons. 


►►► À lire aussi : Des cours de droit autour de l'univers d'Harry Potter organisés en Inde


Elles favorisent aussi l'entraide. "Pour gagner des points, on peut aller à la cantine par exemple et aider les dames qui nettoient les tables", témoigne Maëlys à Nice Matin. Cette jeune fille de 11 ans fait partie de la maison des Minotaures. Ainsi, les services rendus par les élèves sont récompensés par des points bonus destinés à la "maison" de l'élève qui fait une bonne action, comme par exemple trier ses déchets ou aider un camarade.

Enfin, cette organisation est une source de challenge qui pousse à se dépasser. Un classement est mis à la disposition de tout le collège et est accessible pour faire le bilan du score de chaque maison. C'est pourquoi toute l'année, le collège organise aussi des événements spéciaux, comme des épreuves sportives par exemple, pour faire gagner des points aux "maisons".

La maison en tête du classement se voit octroyer les honneurs mais est aussi promue "maison VIP". Ce statut permet de recevoir des privilèges comme par exemple, des desserts à la cantine.

Moins de retards et d'heures de colle

Si l'esprit de compétition est fortement mis en avant dans la façon de procéder de cette école, il semblerait qu'elle porte ses fruits. Les élèves ne se sont bien entendu pas mis à voler sur un balai ou à jeter des sorts à leurs camarades mais les heures de colle ont diminué depuis la mise en place de ce dispositif.

Depuis septembre 2018, le nombre d'heures de retenue aurait chuté de 30%, tout comme les retards qui se sont réduits. Les liens entre élèves sortent eux aussi meilleurs avec cette organisation et l'ambiance est plus positive selon le directeur de l'établissement, interrogé par Nice-Matin.

Ce genre de méthode pourrait-il inspirer des établissements dans nos frontières ? Si c'est le cas, nous sommes en tout cas curieux de voir si le bilan est si positif et fructueux.

RTBF

Retrouvez l'article original sur RTBF