Liege 4000

Durcissement des normes incendie à Liège : conséquence de l'explosion rue Léopold ?

A Liège, le règlement de 2018 anti-incendie et explosion a durci les normes en vigueur depuis 1994, notamment pour les immeubles à appartements.

Les contrôles se sont aussi intensifiés.

Certains propriétaires et syndics dénoncent un manque de souplesse, un effet boomerang de l'explosion de la rue Léopold. Du côté des pompiers, on parle d'adaptation du règlement en fonction de l'évolution du bâti, des matériaux et des techniques.

Des délais d'un an d'adaptation pour les immeubles anciens

Contrôles électriques tous les 5 ans au lieu de 25 ans, portes coupe-feu pour tous les appartements et dans les communs, paratonnerres, gaines sèches pour un accès pompier éventuel. Voilà quelques mesures qui ont changé en 2018. Avec, comme l'explique le responsable du bureau de syndic Wolf, des délais très courts d'adaptation pour les immeubles plus anciens: "Le règlement de la Ville de Liège donne un an jour pour jour pour l'ensemble des bâtiments pour répondre à l'entièreté des normes. Tout ça fait que les propriétaires sont hors délai, et en plus de ça, le cumul des mesures représente plusieurs dizaines de milliers d'euros. Ce qui s'est perdu, c'est la pondération entre accepter qu'un bâtiment ancien puisse être, dans une certaine mesure, accordé avec les normes actuelles, et en faire le distinguo avec un bâtiment de dernière génération".

Un coût financier

On dit que la sécurité n'a pas de prix, mais une porte coupe-feu de base, c'est plus de 1000 euros par exemple. Chez les pompiers de Liège, on est conscients du coût, mais on relativise. Major Sougné: "C'est un coût important au moment où il faut faire la dépense, mais une fois que la dépense est faite, elle est faite pour les trente prochaines années. Cela représente quelques dizaines d'euros à peine par an et par logement pour un bâtiment".

C'est un durcissement qui n'en est pas un

Quant au lien avec l'explosion de la rue Léopold, on s'en défend. Le règlement est d'ailleurs applicable dans la plupart des 21 communes de la zone: "C'est un durcissement qui n'en est pas un en réalité. Il apparait comme tel aux gens. C'est un mouvement général dans toute la Wallonie depuis la mise en place des zones de secours, et déjà avant. Ces règlements communaux existent pour la plupart depuis longtemps. Maintenant, ces règlements, il faut les faire évoluer en fonction des techniques et du mode de bâti".

Une chose est certaine. Si avant, c'était: "c'est toujours bien comme ça", sans trop de contrôle, aujourd'hui, les pompiers veillent au grain.

JT du 15/10/2020

Jugement rendu dans l'affaire de la rue Léopold

Françoise Dubois

Retrouvez l'article original sur RTBF