Tournai 7500

Du porte-à-porte nocturne suspect à Tournai pour la collecte de verre

Des habitants de la chaussée d'Audenarde à Tournai ont reçu une bien étrange visite, ce mardi soir. Des visites entre 19h et 21h.  "Ce n'est quand même pas normal de faire du porte-à-porte à cette heure-là de la journée", lâche Isabelle, qui a...

Des habitants de la chaussée d'Audenarde à Tournai ont reçu une bien étrange visite, ce mardi soir. Des visites entre 19h et 21h. 

"Ce n'est quand même pas normal de faire du porte-à-porte à cette heure-là de la journée", lâche Isabelle, qui a rapidement fermé la porte. 

"C'était un homme, à vélo, avec des vêtements sombres et une casquette", explique Vinciane. "Il proposait un système de collecte à domicile de verre, de bocaux, de bouteilles. Il a donné un morceau de papier avec un site Internet et un numéro de téléphone. Il a dit qu'il fallait s'inscrire pour bénéficier du service et qu'ils viendraient avec un véhicule."

Si certains habitants avaient alors déjà refermé la porte, indiquant qu'ils n'étaient pas intéressés, Vinciane a continué à écouter le représentant de la soi-disant société dénommée Ecogéna. "Sur le principe, je trouvais l'idée intéressante. C'est pas mal pour les personnes qui n'ont pas de voiture par exemple. Puis, je suis allée sur le site Internet par curiosité et tout y était bizarre. Il y avait également un numéro de téléphone sur le papier. Je l'ai appelé et nous tombons directement sur la messagerie vocale. Tout ça est bizarre. Très bizarre."

Des agissements dénoncés sur Facebook, pas à la police

Et sur le site Internet, se trouvait le numéro d'entreprise d'Azimut, coopérative d'activités visant à apporter un soutien pratique aux candidats entrepreneurs. Sauf qu'Azimut ne connaît pas Ecogéna. Elle a d'ailleurs déposé plainte auprès du SPF Economie et de l'hébergeur du site Web. Depuis, le contenu du site Internet de la soi-disant entreprise a disparu. 

Des citoyens ont signalé les faits sur Facebook. Ce qui chagrine le chef de corps de la zone de police du Tournaisis, Philippe Hooreman. "Si un citoyen constate des agissements qu'il estime suspects, il doit toujours nous contacter pour que l'on puisse envoyer une équipe sur place et réaliser un contrôle."

Laurent Dupuis

Retrouvez l'article original sur RTBF