Yvoir 5530

Du don à la transfusion: découvrez le parcours de votre sang

Ce 14 juin est la journée mondiale du don de sang. Au CHU-UCL de Mont-Godinne, on est expert en la matière. Le personnel médical collecte le sang des donneurs, le traite et le conserve avant son utilisation.

A l'heure actuelle, moins d'une personne sur dix donne son sang. Ce geste reste pourtant capital pour sauver des vies. Au CHU-UCL de Mont-Godinne, une trentaine de personnes gèrent tout le cheminement du sang, de son prélèvement jusqu'à sa transfusion. Tout débute entre les mains des infirmières préleveuses comme Maryse Van Hooydonk:

Je prélève les dons de sang, les dons de plaquettes et les dons de plasma. Je m'occupe également des donneurs de cellules souches.

Une fois prélevés, tous ces éléments sont envoyés au laboratoire de préparation. C'est là que le sang est traité par Laurence Defoin, la responsable, et ses collègues:

Les différents constituants du sang, à savoir les globules rouges, les plaquettes et le plasma, ne sont pas conservés de la même façon. Dans ce but-là, on les sépare pour pouvoir les conserver à température et dans des conditions optimales en vue de la transfusion prochaine.

D'un labo à l'autre

Pendant que les poches sont traitées d'un côté. Les tubes de sang, aussi récoltés lors du prélèvement, sont analysés de l'autre, dans le laboratoire voisin:

On fait les analyses de groupes sanguins, on recherche les anticorps. On réalise un hémogramme pour vérifier l'hémoglobine et le taux de globules blancs du donneur. Enfin, on réalise les tests obligatoires pour vérifier l'absence de maladies comme les hépatites, le HIV,...

Retour au labo de préparation où le traitement du sang arrive à sa fin. Une fois la poche étiquetée, elle est transféré à la banque de sang de l'hôpital avant d'être attribuée à un patient.

La banque de sang approvisionne le site de Mont-Godinne et celui de Dinant depuis que les deux hôpitaux travaillent en partenariat.

On suit vraiment la poche du début jusqu'à sa transfusion, ce qui est assez particulier. Ici, c'est le même personnel qui gère les poches de sang depuis le prélèvement jusqu'à leur attribution à un patient.

Idéalement, Mont-Godinne devrait accueillir une trentaine de donneurs par jour pour être auto-suffisant. Mais ce quota est difficile à atteindre…

>> Rejoignez-nous sur le groupe Facebook "Yvoiriennes, Yvoiriens" en cliquant ici

Ce 14 juin est la journée mondiale du don de sang. Au CHU-UCL de Mont-Godinne, on est expert en la matière. Le personnel médical collecte le sang des donneurs, le traite et le conserve avant son utilisation.

Retrouvez l'article original sur MAtélé