Liege 4000

Dossier Nethys : l'avocat de Pol Heyse demande l'audition du "monde politique liégeois"

Après plus de trois heures d’audience, les avocats de Stéphane Moreau, le CEO de Nethys, et de Pol Heyse, le directeur financier du groupe sont ressortis de la chambre du conseil.

Sans surprise, le Parquet a demandé le maintien en détention des deux hommes et sans surprise non plus leurs avocats ont plaidé la remise en liberté sous condition de n’avoir notamment aucun contact avec certaines personnes.


►►► Lire aussi : Stéphane Moreau sera-t-il libéré ce soir ?


La décision est attendue en fin d’après midi, ce mercredi. Rappelons que les deux hommes sont privés de liberté depuis jeudi dernier et emprisonnés depuis samedi soir. Ils sont inculpés, comme les autres dans ce dossier, d’abus de biens sociaux et de détournement. C’est le dossier des fameuses indemnités de rétention. Stéphane Moreau est aussi inculpé de faux, usage de faux et escroquerie dans le cadre de sa domiciliation avec sa compagne.

D’autres auditions en perspective

"Ce que nous avons demandé, c’est qu’aujourd’hui l’instruction se poursuive et que les femmes et les hommes politiques qui étaient les décideurs de la région wallonne, et à Liège en particulier, qui étaient là au moment des faits soient entendus parce que nous avons pu voir dans le dossier et ça a été dit et redit par d’autres que moi, plusieurs décisions qui font l’objet du débat ont été validées ou suggérées ou recommandées par certains d’entre eux donc le dossier continu", explique Me Buyle, l’avocat de Pol Heyse.

Quant à l’avocat de Stéphane Moreau, Me Masset, il ajoute : "le juge d’instruction a laissé entendre qu’il avait énormément de personnes à entendre dans diverses directions. Ce n’est un secret pour personne aussi bien Nethys qu’Enodia étaient composés d’administrateurs et d’une assemblée générale qui avait à faire aussi avec le monde politique et donc on peut aussi s’imaginer qu’il va, effectivement, y avoir des investigations complémentaires dans cette direction-là".

Françoise Dubois

Retrouvez l'article original sur RTBF