Liege 4000

Deux gares désormais équipées de tables à langer dans les toilettes hommes: Bruxelles-Midi et Liège Guillemins

Si vous êtes parent, c’est quelque chose que vous connaissez : changer les couches des enfants.

Mais pour les papas, ce n’est pas toujours facile, surtout dans les lieux publics. Rares sont les toilettes pour hommes qui possèdent une table à langer.

Depuis peu, deux gares du pays en sont équipées : les WC hommes des gares de Bruxelles-Midi et Liège-Guillemins.

Avec ses tables à langer dans les toilettes des hommes, la SNCB veut répondre aux attentes des familles. Pour les mamans, c’est tout à fait normal. "Les hommes aussi peuvent s’occuper des enfants. C’est un peu stéréotypé de dire que ce sont plus les femmes qui s’occupent des bébés pour les changer (…) Moi, je trouve que c’est une bonne idée. Ça veut dire que les papas s’y mettent (…) Un papa peut changer son enfant tout simplement."

"Normal", "super"… l'avis est unanime chez nos interlocutrices. Par contre, chez les hommes qui ont répondu à notre micro, on est un peu surpris. "C’est la première fois que je vois ça ici, des tables chez les hommes (…) Ça fait bizarre d’avoir ça dans les toilettes des hommes, mais ça peut être bien, comme ça on apprend à le faire." En somme, pour certains, c'est l'occasion de se lancer. Pour les autres, qui ont l'habitude de langer leur enfant, voilà une initiative encourageante, qui va dans le bon sens. "C’est normal. Il m'arrive aussi de devoir changer mon fils lorsqu'on se déplace."

Mais d’après "Madame pipi", les hommes sont encore peu nombreux à utiliser cette table à langer, au grand désarroi de leurs épouses. "J’aimerais bien, mais il ne va pas y aller… Je le sais (…) Non, je peux le changer. Il n’y a pas de souci !"

La petite histoire ne dit pas si on peut demander de l’aide à "Madame pipi". En tout cas, la SNCB précise que d’autres gares du pays seront prochainement équipées de tables à langer. Elles seront situées dans des zones accessibles aussi bien par les hommes que par les femmes.

Benjamin Verpoorten

Retrouvez l'article original sur RTBF