Des apprentis plombiers et chauffagistes aménagent une douche mobile pour SDF

C’est une belle expérience que sont en train de vivre les élèves de 7e année "sanitaire et chauffage" de l’Université du Travail.

Ils sont en train d’aménager la future "douche mobile" qui sera utilisée par l’asbl Formidable pour les SDF. C’est en fait une très grosse remorque dans laquelle douche et évier seront installés pour que les gens de la rue puissent s’y laver.

Sidani Bendenia supervise les travaux pratiques de ses élèves de 7e professionnelle. Pour cette année de spécialisation, il leur a proposé une expérience inédite : "Je leur ai parlé de ce projet de douche pour SDF, en leur disant que ce n’était pas une obligation. Ils ont dit oui tout de suite ! C’était une vraie opportunité pour nous, car ça donne du sens à leur apprentissage."

Un apprentissage qui est passé par la réflexion théorique sur l’aménagement de l’espace intérieur, des dessins techniques, ou encore les autorisations légales et l’achat du matériel. Place maintenant à la pratique, et la concrétisation de leur travail. L’équipe prend des mesures, fore, installe les matériaux. Un vrai défi apprécié par Dincer Halil : "On apprend ! Ce n’est pas comme ce qu’on fait d’habitude en atelier, où on monte et puis on démonte. Ici, on apprend les machines, on utilise de nouveaux instruments. On découvre par exemple comment installer des bonbonnes de gaz".

Carte de visite

Techniquement, le travail n’est pas évident, car la remorque ne doit pas dépasser un certain poids pour pouvoir entrer en centre-ville. Elle ne peut pas transporter de grosses bonbonnes de gaz (mais bien des petites), les pompiers doivent valider l’installation, etc. Des contraintes qui plaisent beaucoup à ces passionnés de leur (futur) métier. Sidani Bendenia : "Il ne faut pas croire que l’enseignement professionnel, c’est uniquement les gens qui ont du mal, non ! Ce sont des élèves qui ont une envie particulière, qui ont choisi un métier, et qui le font avec passion et avec cœur !"

Ce travail hors de l’ordinaire sera une belle carte de visite sur le CV, sans compter la fierté du travail accompli pour la collectivité, conclut Abdel Madjid : "Cela nous fait plaisir de faire ça parce que plus tard, quand la douche va tourner en ville, on la verra et on se dira : c’est nous qui avons fait ça ! Et ça, c’est chouette !"

Christine Borowiak

Retrouvez l'article original sur RTBF