Libin 6890

Dans l'atelier T'air, la céramique c'est du belge

Spécialisée dans la création de vaisselle utilitaire et d’objets décoratifs en grès, la céramiste Tatiana Goujon défend un travail local, soigné et respectueux du client.

C’est chez elle, dans le village de Redu, au cœur de la forêt ardennaise, que Tatiana Goujon a fondé son propre atelier. Sur commande ou selon ses envies, elle conçoit elle-même ses propres créations, dont elle gère toutes les étapes de fabrication.

A la base de cette activité, il y a d’abord un attrait artistique... qui se cherche. Affectionnant le dessin et la peinture, elle passe par diverses surfaces avant d’arriver à ce qui lui manquait : la dimension 3D, que lui offre la céramique, matière pour laquelle elle se prend vite de passion.

Après une expérience professionnelle tendue et épuisante qu’il l’a emmené jusqu’au burn-out, la passion devient une vocation, et elle créé en 2016 l’Atelier T’air. Un choix sensé pour cette ardennaise d'origine française qui cherchait à retrouver un certain équilibre. "Je voulais faire les choses à mon rythme, ralentir le tempo."

De fait, la céramique est un travail qui prend son temps. Des premières étapes dans la réalisation d’une œuvre en grès jusqu’au moment où elle peut être vendue, deux semaines peuvent s’écouler, voire plus. Elle est présente à chaque étape, du façonnement à la cuisson, suivant attentivement l’évolution de son travail. Lorsque c’est possible, elle se charge même de la fabrication des pigments.

Comme elle l’explique, son activité n’est pas pour autant exempte des aléas de la vie. Pannes d’électricité et autres problèmes de four viennent occasionnellement mettre un frein à ses avancées.

Du local

Spécificité de ses créations : elles sont faites à 90% avec de l’argile d’origine belge. "Il était important pour moi de garder une identité locale" déclare cette artiste qui désire donner une notion de terroir à son travail. Les raisons sont également écologiques. En effet une matière première qui vient de la région est une matière dont le transport a causé moins de pollution.

Il s’agit aussi pour elle de respecter le consommateur, en lui offrant un produit dont elle connaît l’origine et dont elle peut certifier la qualité.

A la journée de l’artisan

Ce travail, toute le monde pourra l’observer le 17 novembre, au cours de la journée de l’artisan.

Cette année, près de 200 artisans seront mis à l'honneur un peu partout en Belgique. Tatiana Goujon fera partie des artisans luxembourgeois mis en avant. A cette occasion, elle dévoilera aux curieux les différentes étapes de son travail, dans son atelier.

Plus d’informations

Adrien Corbeel