Berchem-Sainte-Agathe 1082

" Damoiselles et Damoiseaux, bienvenue au Cabaret Mademoiselle ! "

Lieu unique en son genre, le cabaret Mademoiselle nous invite à abandonner les étiquettes normatives. Au cœur de la capitale, on y célèbre la diversité des genres et la tolérance ; l’amour, l’humour et la culture ; les moustaches, les paillettes et les beautés flamboyantes !

En plein centre de Bruxelles, à deux pas de la Grand-Place, se trouve un lieu nocturne pas comme les autres : le Cabaret Mademoiselle. Depuis 2017, ce cabaret burlesque s’est imposé comme une référence de la vie nocturne bruxelloise et assure la promotion de l’extravagante culture drag. " La culture drag consiste en des performances où les artistes jouent sur l’expression du genre. Nous avons des Drag Queens - des hommes adoptant des traits féminins -, des Drag Kings - des femmes prenant des traits masculins – ou des Drag Queers - des artistes floutant toutes les frontières entre les genres. " explique Mademoiselle Boop, cofondatrice et artiste emblématique du cabaret.

Avant la crise sanitaire, ce lieu nocturne proposait plusieurs fois par semaine des spectacles où le grand public pouvait découvrir des formes artistiques moins connues et très diversifiées. " Le cabaret Mademoiselle constitue une scène particulière. Nous montrons des disciplines artistiques qu’on ne retrouve pas habituellement dans les grands théâtres : des cracheurs de feu, du jonglage, du hula hoop ou encore de la pole dance. Ici, nous donnons à tous ces artistes une place à part entière et une véritable visibilité. " poursuit Mademoiselle Boop.

Le cabaret accueille d’ailleurs aussi bien des artistes belges qu’internationaux. " Au Cabaret Mademoiselle, nous travaillons avec des artistes résidents – principalement des Bruxellois qui sont là depuis le début de l’aventure. Nous invitons aussi des artistes originaires d’Italie, de France, des Pays-Bas, de New-York ou du Canada. C’est une vraie opportunité pour eux de venir à Bruxelles, de montrer ce qu’ils ont dans le ventre et de faire découvrir leur art ! " complète la Drag Queen perchée sur ses énormes talons aiguilles.

Se réinventer après la crise sanitaire

Comme le reste des secteurs Horeca et culturel, le Cabaret Mademoiselle a dû se réinventer pour survivre à la crise sanitaire. En plus de spectacles enregistrés (" le Crazy Cozy Cabaret "), l’équipe a développé au grand jour sa " Summer School " avec des lectures de contes pour les enfants (6-12 ans), des ateliers de déconstruction sur le genre pour les adolescents (14-19 ans), des initiations à l’effeuillage ou encore des démonstrations de maquillage drag pour les jeunes adultes. "A travers ces activités, nous essayons de sortir de notre activité principale de divertissement. Nous délivrons certes des messages de sensibilisation sur scène habituellement, mais ces messages sont alors inaccessibles à des individus qui en ont besoin dans leur construction personnelle. C’est donc dépasser la notion de divertissement pour parler des réalités de la communauté LGBTQIA+* " explique La Veuve, cofondatrice du cabaret et animatrice de ces ateliers.

S’adresser à un plus jeune public n’a pas été un choix anodin pour La Veuve, Mademoiselle Boop et leurs artistes. "A ces âges-là, nous avons très peu accès à des informations. L’école ne nous apprend pas les notions de genre, ne nous aide pas à bien les comprendre, à les déconstruire, à se les approprier. Dans les classes, on ne parle pas d’homophobie, des violences physiques et verbales ou comment vivre avec le regard de l’autre. Les jeunes doivent l’apprendre eux-mêmes via les réseaux sociaux, les livres, les rencontres. En tant qu’artistes LGBTQIA+, je pense que nous avons alors un véritable rôle social en donnant des informations qui ne sont pas disponibles ailleurs. " précise La Veuve.

Les activités permettent ainsi d’aborder des thématiques larges et variées comme l’identité de genre, l’amour, l’acceptation de soi, l’homophobie et les discriminations, l’histoire de la communauté LGBTQIA+, le rôle de la Belgian Pride.**" Nous essayons d’apporter un maximum d’outils et de références pour que chacun puisse y trouver ce dont il a besoin. Guider, conseiller, échanger…c’est vraiment des moments de partage par les contes, par des jeux ou des ateliers participatifs. " détaille la Veuve.

Si le cabaret est un lieu LGBTQIA+ emblématique de la capitale, il reste accessible à tous ceux et celles qui veulent découvrir la culture drag et burlesque – y compris les hétéros ! Il a d’ailleurs rouvert ses portes au début de l’été : vous pouvez vous y rendre les week-ends pour découvrir un spectacle inédit et vous laisser porter par une ambiance étincelante. Les réservations sont obligatoires – comptez 25 euros pour le spectacle et une coupe de bienvenue.

En semaine, le cabaret propose régulièrement des scènes ouvertes à prix libre. Dernièrement, l'équipe a également lancé un podcast où des drag queens papotent sur des sujets de société sérieux et moins sérieux.

Plus d’informations sur le site internet du Cabaret Mademoiselle.

Maxime Maillet

 

*LGBTQIA+ : L pour Lesbienne, G pour Gay, B pour Bi, T pour Trans, Q pour Queer, I pour Intersexe, A pour Asexuel, + pour tous les autres qui ne se reconnaissent pas dans ces lettres.

**Belgian Pride : la Pride est la marche des Fiertés qui se tient à Bruxelles une fois par an – généralement en mai. Les associations LGBTQIA+, les militants et les citoyens défilent dans les rues pour marquer leur soutien à la communauté LGBTQIA+ et défendre leurs droits.