Ciney 5590

Covid: "On donne plus de pouvoirs aux bourgmestres, mais pas l'information complète"

Le bourgmestre de Ciney voudrait avoir plus d'infos sur les profils et la localisation en cas de cas avérés sur sa commune, car les mayeurs ont des responsabilités grandissantes dans la gestion de la sécurité.

Trois clusters de covid-19 se sont déclenchés récemment sur le territoire de la commune de Ciney. Après une crèche, puis une classe de 5e primaire, c'est maintenant une équipe de football qui connaît des cas avérés. D'après les derniers chiffres, 34 cas de covid sont à dénombrer sur le territoire depuis les 15 derniers jours, explique le bourgmestre Frédéric Deville:

C'est très compliqué d'avoir des informations. Chaque jour, on a un rapport de l'AViQ qui nous est envoyé par le Centre Régional de Crise et qui nous fait état de chiffres. Ces 34 cas, si on les rapporte au niveau des données d'incidence (le nombre de cas par 100.000 habitants), cela nous fait 204 cas par 100.000 habitants, ce qui nous place en tête des communes wallonnes (NDLR: il s'agit donc bien d'un chiffre de comparaison statistique, le nombre de cas réel reste de 34).

Est-il facile pour un bourgmestre d'être tenu au courant de la situation épidémiologique sur son territoire? En tous cas, dans les trois cas de clusters cinaciens, le bourgmestre l'a appris autrement que par la chaîne officielle:

Le seul, le plus gros reproche qu'on peut faire au fédéral, nous pouvoir local, c'est d'avoir un manque d'information claire, concrète et rapide. On manque de données vraiment précises, c'est un fameux problème parce qu'on donne plus de pouvoir aux bourgmestres, mais on ne donne pas l'information complète, et donc on avance un peu à vue.

Quelles informations?

Les profils et la localisation par exemple, ne sont, selon le bourgmestre, pas bien transmis:

Par exemple, on nous a signalé qu'il y avait deux cas au niveau d'une maison de repos sur Ciney, et lorsqu'on creuse un peu, ce ne sont pas des résidents mais bien des membres du personnel. Et là les choses sont tout à fait différentes puisque ce ne sont pas des personnes à risque, elles sont juste écartées 14 jours. Donc les données ne sont pas assez fines pour qu'on puisse vraiment agir.

Ce serait bien que tous les bourgmestres soient avertis personnellement quand il y a un cluster dans la commune. Je pense qu'on a tous une adresse email, un numéro de GSM. Et donc je m'étonne parfois que les médias soient avertis avant nous. Je pense qu'il y a un travail de communication à faire et dans la lasagne institutionnelle belge, on a neuf ministres des masques, mais on pourrait peut-être un retirer un et faire un ministre de la communication, je pense que ça ne sera pas du luxe.

Quelles sont les mesures à Ciney?

On va en tous cas maintenir l'obligation de port du masque à court terme (cela concerne Ciney, le Parc St Roch, les parkings, le Domaine provincial de Chevetogne). On avait prévu de la lever à partir du premier septembre, date à laquelle le premier cluster, celui de la crèche, est apparu. On a décidé de maintenir cette ordonnance de police. On va attendre que la situation se stabilise, voire redevienne meilleure, avant d'enlever cette obligation. Pas forcément de mesure supplémentaire pour le moment. Il ne faut pas non plus être alarmiste, les gens ont besoin de contacts sociaux.

En outre, le bourgmestre a demandé à toutes les écoles cinaciennes de mettre en place une ligne directe d'information vers les autorités communales, en cas de détection de cas.

Le bourgmestre de Ciney voudrait avoir plus d'infos sur les profils et la localisation en cas de cas avérés sur sa commune, car les mayeurs ont des responsabilités grandissantes dans la gestion de la sécurité.

Retrouvez l'article original sur MAtélé