Coronavirus : qu'attendre du Conseil national de sécurité de ce mercredi ?

Un Conseil national de sécurité (CNS) se tiendra ce mercredi matin à 9 heures.

Au programme, de nouvelles mesures adaptées à l’évolution de l’épidémie de Coronavirus en Belgique. Sans attendre le CNS de demain, la Première ministre, Sophie Wilmès, était intervenue la semaine dernière en diffusant un message vidéo. Elle y soulignait l’inquiétude générée par la progression du Covid-19 en Belgique et invitait la population à faire preuve de responsabilité, en appliquant les mesures de distanciation sociale, par exemple, sans attendre le CNS prévu cette semaine. 

Ce Conseil national de Sécurité a été préparé grâce aux travaux d’un groupe d’experts. Le Celeval, le Comité d’évaluation fédéral a pour l’occasion été élargi. "Ces travaux prennent du temps", avait déjà reconnu, dernièrement, la Première ministre, interrogée à la Chambre. Le gouvernement veut passer maintenant à une phase de "gestion des risques" et non plus à des réponses au coup par coup, avait fait remarquer Mme Wilmès : "La difficulté sera de trouver ce juste équilibre entre simplifier les règles, les assouplir pour certaines, voire en mettre de côté pour d’autres, organiser peut-être des activités qui ne sont pas autorisées aujourd’hui, et tenir compte du sérieux de l’évolution du virus. Ça ne va pas être simple". L’objectif était de proposer des mesures valables pour une longue durée, afin de retrouver l’adhésion de la population grâce à des mesures plus souples et moins incohérentes.

Il semble cependant qu’au sein du groupe d’expert l’unanimité sur les mesures à recommander est difficile, entre experts très prudents et partisans de mesures sanitaires strictes et d'autres experts plus pragmatiques et en faveur de mesures d’assouplissement.

Probablement une évolution de la notion de " bulle "

La " bulle " de cinq personnes, telles qu’on la connaît actuellement fait l’objet d’une analyse par les experts. La règle devrait être assouplie. Le Celeval a planché sur un système de bulles plus flexibles en fonction de l’évolution de l’épidémie. La taille de la bulle pourrait varier en fonction de votre situation géographique. Selon la situation sanitaire et le nombre d'hospitalisations, un code couleur sera attribué par zone. Il y aurait une gradation du vert, au jaune, à l’orange et au rouge. Comment seront délimitées ces zones ? par commune, par provinces, par regroupement de communes? Le périmètre de ces "zone de couleur" fait encore l'objet d'un vif débat entre politiques et experts. 

Le nombre de contacts sociaux rapprochés autorisés serait ainsi plus élevé dans les zones où l’épidémie est moins importante. Cela étant dit, la ministre de la Santé, Maggie De Block, a déjà rappelé qu’un assouplissement de la règle de la " bulle " irait de pair avec l’adoption d’autres mesures.

L'objectif de ces "codes couleurs" est de pouvoir faire évoluer les mesures de sécurité, au sein des "zones", en fonction de la propagation du virus. 

Le port du masque

A priori, le masque resterait une mesure considérée comme nécessaire à la protection des citoyens et à la limitation de la propagation du virus. Il fait partie des mesures de base recommandées, pas plus tard que la semaine dernière dans l’allocution vidéo de la Première ministre. La bonne utilisation du masque, son adéquation en fonction de la situation pourraient faire l’objet de précisions de la part du CNS.

La quarantaine ramenée à une semaine ?

C’est déjà le cas en France, la quarantaine n’est pas de 14 jours comme chez nous, mais de sept jours. Le porte-parole interfédéral de la lutte contre le Coronavirus, Yves Van Laethem a d’ailleurs laissé sous-entendre que raccourcir la durée de la quarantaine était une piste.

Vers plus d’harmonisation des règles de voyage

On sait déjà que les interdictions de voyage vers les zones rouges seront remplacées dès vendredi 25 septembre par des avis déconseillant strictement de voyager dans ces zones. L’information a été communiquée lundi soir par le ministre des Affaires étrangères, Philippe Goffin. " Cette décision du gouvernement s’inscrit dans sa volonté d’une plus grande coordination européenne", annonçait-on dans un communiqué. Cependant, la quarantaine et le dépistage restent obligatoires au retour d’une zone rouge.

Feu vert pour les grands rassemblements ?

Quelles seront les mesures préconisées pour les grands rassemblements ? A Liège, par exemple, les forains sont dans l’expectative à quelques semaines de l’ouverture théorique de la traditionnelle foire d’octobre. La ville de Liège attend les décisions du CNS de ce mercredi pour accorder l’autorisation de tenir la foire et donc, d’installer les manèges. D’autres événements, concerts, foires, festivals attendent d’y voir plus clair.

Des questions se posent pour les grands rassemblements tels que les mariages ou les fêtes. Difficile de faire comprendre aux citoyens que des milliers de supporters sont autorisés dans un stade de football mais que des fêtes privées doivent se faire en comité restreint. Il serait donc question d’établir des protocoles sanitaires qui devraient être appliqués en fonction de la couleur de la zone où l’événement prend place.

Autant de pistes qui seront sur la table du Conseil national de sécurité qui devra trancher ce mercredi.

 

Jean-François Noulet

Retrouvez l'article original sur RTBF