Coronavirus : les "mamies rebelles" dénoncent le manque d’organisation de la campagne de vaccination

Si la vaccination touche à sa fin dans les maisons de repos, les personnes âgées autonomes sont toujours en attente. Alors qu’il était prévu de les vacciner en mars, personne n’a encore reçu de convocation et les aînés commencent à s’impatienter. C’est le cas de trois Bruxelloises, Geneviève, Christiane et Régine, respectivement âgées entre 78 et 81 ans.

Elles sont surnommées "les mamies rebelles pour le vaccin" et sont en colère à tel point qu’elles ont organisé une mini-manifestation devant le parlement pour dénoncer le manque d’organisation de la campagne de vaccination belge.


►►► À lire aussi Coronavirus en Belgique : "Il faut vacciner 7 jours sur 7", Catherine Fonck appelle fermement à une accélération du processus


"Je trouve qu’ils ont eu le temps de s’organiser. Il y a les registres nationaux, les communes. Ça pourrait être organisé beaucoup mieux et c’est reporté sans fin", explique Christiane.

Elles espéraient être vaccinées en mars mais les couacs dans les centres ne présagent rien de bon. Comme les jeunes, ces femmes souhaitent retrouver leur liberté.

"On parle toujours de la liberté des autres mais les personnes âgées ne peuvent pas non plus faire des activités et je crois qu’on vieillit plus vite quand on n’a pas de projets et qu’on ne peut rien construire", relate Geneviève.


►►► À lire aussi : Frank Vandenbroucke : "On va vaincre le coronavirus avec la vaccination, mais ça va prendre encore un peu de temps"


Une manifestation qui n’a duré que quelques instants puisqu’il est interdit de manifester devant le Parlement mais ces femmes espèrent tout de même que leur première manifestation de leur vie ait attiré l’attention sur la situation des aînés.

Nesrine Jebali

Retrouvez l'article original sur RTBF