Namur 5000

Coronavirus : le centre de prêt de tentes scoutes délivre du matériel jusqu'à Anvers

Et les hôpitaux ont besoin de matériel.

Des tentes notamment pour organiser des centres de tri se dressent dans les parkings des hôpitaux du pays. Les centres de prêt ont l’habitude de voir passer des scouts au moment des camps. Ou des organisateurs d’événements. Mais pour le moment, les besoins sont donc avant tout médicaux.

La tente SNJ verte, symbole des camps scouts, fleurit sur les parkings des hôpitaux du pays. Les chaises sont empruntées par dizaines. Ce matin, Raphaël, ancien chef, charge son camion pour la troisième fois : "Nous faisons des trajets avec dix tentes SNJ à la fois et le matériel. De quoi remplir le camion. Nous nous rendons vers les hôpitaux qui nous le demandent lorsqu’ils ont besoin de matériels pour créer leurs centres de dispatching. C’est tous les jours pour le moment".


►►► À lire aussi : Notre dossier spécial coronavirus


Le centre de prêts de Naninne est fermé depuis une semaine. Mais il a vite trouvé une autre raison d’ouvrir : "Je suis déjà revenu dès la fermeture avec des bénévoles qui ont marqué leur engouement pour prêter mains fortes, détaille Olivier Preto, le directeur du centre. Nous avons déjà livré 25 tonnes... Certaines tentes jusqu’à Anvers… Donc nous sortons un peu de nos prérogatives de centre de la fédération de Wallonie-Bruxelles. Le virus n’a pas de frontière. La santé des gens est la plus importante".

Les annulations ont permis de libérer tout ce matériel

Sans les nombreuses annulations d’événements ou d’activités, tout ce matériel n’aurait sans doute pas été disponible. Le centre de prêt de la Province de Brabant Wallon est également sollicité. Ses pagodes, tentes et autres chapiteaux événementiels se déploient notamment au parking des urgences de la clinique Saint-Pierre d’Ottignies. Les employés livrent également des masques. Tout le monde se tient prêt en cas d’augmentation exponentielle du nombre de patients : "Vu les circonstances, nous avons la capacité de monter en puissance : des groupes électrogènes, des chapiteaux jusqu’à 60 mètres de long. Nous avons de quoi voir venir", rassure Cédric van Liefferinge, régisseur pour l’administration provinciale du Brabant wallon.

Arnaud Pilet

Retrouvez l'article original sur RTBF