Coronavirus: Lampiris, premier fournisseur d'électricité à proposer le tarif nuit toute la journée

C'était une des questions qui se posaient suite au confinement forcé des Belges à cause du coronavirus: les fournisseurs d'électricité allaient-ils faire un geste face aux consommations bien plus importantes en journée? Lampiris a été le premier à dégainer, expliquant dans un communiqué comprendre que "rester chez soi peut conduire à augmenter votre consommation d’énergie".

C'était une des questions qui se posaient suite au confinement forcé des Belges à cause du coronavirus: les fournisseurs d'électricité allaient-ils faire un geste face aux consommations bien plus importantes en journée?

Lampiris a été le premier à dégainer, expliquant dans un communiqué comprendre que "rester chez soi peut conduire à augmenter votre consommation d’énergie".

Et annonce donc "un geste de solidarité en faveur de nos clients: pour contribuer à vous soutenir dans cette situation inédite, nous passons toutes vos consommations d’électricité au tarif de nuit pour un mois".


►►► À lire aussi : Coronavirus: amendes, prison, que risque-t-on en Belgique et ailleurs en cas de non-respect des mesures ? 


La société a même pensé à ceux qui n'ont pas de compteur bi-horaire et détaille les avantages:

  • Vous êtes en tarif bi-horaire  : nous appliquons l’équivalent du tarif nuit sur les consommations des heures de jour (application d’une remise sur votre tarif jour).
  • Vous êtes en mono-tarif  : nous appliquons une remise sur votre tarif mono, permettant l’application d’un tarif équivalent au tarif nuit bi-horaire.
  • Vous disposez d’un compteur exclusif nuit en plus de votre compteur mono-horaire ou bi-horaire  : nous appliquons l’équivalent du tarif nuit sur la consommation exclusif nuit (par application d’une remise sur le tarif exclusif nuit) en plus des promotions mentionnées ci-dessus.

Les nouvelles conditions seront appliquées sur la partie énergie de la facture, en complément des conditions particulières actuelles, inchangées.

X.L.

Retrouvez l'article original sur RTBF