Charleroi 6000

Coronavirus : la kiné respiratoire à domicile manque aussi de protection

Dans cette crise liée au coronavirus covid-19, les kinésithérapeutes se trouvent également en première ligne.

La kinésithérapie respiratoire, notamment, reste indispensable pour de nombreux patients. Et les kinés qui prodiguent des soins à domicile, eux aussi, manquent du matériel nécessaire pour eux-mêmes mais aussi pour la protection de leurs patients. Ces derniers sont parfois atteints de mucoviscidose, maladie de parkinson ou d’autres affections respiratoires.

Chaque jour, Benoit Pirson, kinésithérapeute dans la région de Charleroi, continue de prodiguer ses soins à ses patients atteints de ces pathologies en suivant les mesures d’hygiènes requises. Mais les kinés touchent leurs patients, les manipulent et, après la visite chez l’un, se rendent chez le suivant. Mais comme le reste du personnel soignant, Benoit Pirson déplore le manque de matériel. "Lors de la prise des mesures sanitaires, nous n’avions absolument rien : pas de gants, pas de masques, pas de lunettes de protection, pas de gel hydroalcoolique…"


Comme ce sont les médecins qui prescrivent les soins kinési thérapeutiques, la fédération des associations de généralistes de Charleroi a donc offert des masques aux kinés. Mais elle n’a pu le faire que dans la mesure de ses moyens. Selon Benoit Pirson, "Ça va faire dix masques par kiné, ce qui correspond si l’on respecte le strict minimum des règles à cinq jours de traitement."

Les kinés sont en première ligne et espèrent ne pas être oubliés.

 

►►► À lire aussi : Notre dossier spécial coronavirus

Nicolas Rondelez, Daniel Barbieux

Retrouvez l'article original sur RTBF