Coronavirus en Belgique : des camps scouts cet été? La réponse viendra mi-mai

Depuis ce lundi 4 mai, il est de nouveau possible de faire du sport en plein air.

Enfin, certains sports, sans contact, comme le kayak ou le tennis, avec au maximum deux personnes de plus que celles qui vivent sous le même toit, à cinq mètres d’écart.

Mais les autorités sont toujours en discussion avec les différentes fédérations pour étudier les modalités de cette reprise progressive. "Nous avons eu déjà deux réunions avec l’ensemble des fédérations pour réexpliquer ensemble avec les experts sanitaires quelles étaient les conditions de la reprise à partir d’hier", expliquait ce mardi matin Valérie Glatigny (MR), la ministre francophone de la Jeunesse et des Sports, dans le 6-9 Ensemble de la RTBF.


►►► Retrouvez tout notre dossier sur le coronavirus


Le sport oui, mais récréatif donc : pas de cours, ni de clubs. Même si la question reste encore floue : "C’est toujours difficile d’envisager toutes les conditions spécifiques d’une reprise, admet la ministre. Chaque sport a ses spécificités : si en athlétisme on utilise un javelot, est-ce qu’on peut utiliser le javelot du voisin ?"

C’est ce genre de questions qui motive ces réunions, selon Valérie Glatigny. 70 fédérations sportives… donc 70 plans différents ? "Ces plans de reprise ont été soumis avec une note de synthèse au Conseil national de sécurité pour validation", confirme-t-elle.


►►► À lire aussi : Coronavirus en Belgique : vous faudra-t-il un pass, ou être propriétaire pour aller à la côte cet été ?


La ministre admet ne pas pouvoir donner une date de confirmation de la reprise, même si un chiffre est déjà sur la table : une enveloppe de 4 millions d’euros pour les fédérations et les clubs sportifs. Un "signal important", que revendique Valérie Glatigny, en réponse à des propos du député André Antoine, qui affirmait que sa gestion du volet sportif "manquait cruellement de passion".

Des propos sexistes ? "Vous savez, lorsque j’ai commencé mon mandat, on m’a demandé de citer tous les joueurs de l’équipe de football masculine…, rappelle la ministre. Je pense que c’est le fait d’une très petite minorité, mais il y a une certaine forme d’entre-soi masculin."

Une réponse mi-mai pour les camps scouts

Pour les adultes, le sport revient donc progressivement. Mais pour dégourdir les jambes des petits Belges, il faudra surtout savoir si les camps scouts et autres excursions sportives seront possibles cet été. "On l’espère et on attend une réponse pour au maximum la troisième semaine de mai", affirme Valérie Glatigny, qui rappelle qu’il y a 2700 camps prévus cet été, 1200 plaines de vacances, des stages, etc.

Une réunion s’est d’ailleurs tenue avec le ministre de la Jeunesse flamand, Benjamin Dalle (CD&V), et les experts pour imaginer une solution. Car la question dépasse la frontière linguistique : il y a 1200 camps néerlandophones en Wallonie, et beaucoup de jeunes qui font le voyage inverse. "Nous travaillons sur un protocole unique qui réunit les fédérations de jeunesse en Wallonie et en Flandre", affirme Valérie Glatigny.


►►► À lire aussi : Confinement, les activités scoutes 2.0


Parmi les idées évoquées, devra-t-on limiter les camps à 50 jeunes ? "C’est un scénario qui est sur la table, mais nous attendons qu’il soit validé, et il faudra assurer les conditions matérielles de la reprise", note Valérie Glatigny. Un montant de 700.000 euros sera déboursé pour aider les structures à reprendre leur activité.

Quid des tests pour les enfants ? "Cette question a été évoquée dans le cadre de collectivités d’aide à la jeunesse, précise la ministre. Elle n’est pas encore sur la table pour les mouvements de jeunesse." Pas d’annonce pour l’instant, il est "un peu trop tôt" selon les experts.

P.V.

Retrouvez l'article original sur RTBF