Coronavirus : double greffe pulmonaire à l'UZ Leuven sur deux patients guéris, l'un d'eux est de retour chez lui

Un patient Covid aux poumons irrémédiablement endommagés a reçu le 1er janvier 2021 une double greffe pulmonaire, a annoncé l'UZ Leuven jeudi.

Il s'agit de la première opération de ce type effectuée sur un patient traité aux soins intensifs dans le Benelux. L'opération réussie, il a pu regagner son domicile.

Ce type d'opération, sollicité depuis la première vague de coronavirus mais "qui restera exceptionnel" selon le pneumologue Geert Verleden, est soumis à une série de conditions.

Critères spécifiques

"La transplantation pulmonaire est réservée aux personnes en danger de mort après avoir passé au moins quatre semaines aux soins intensifs et sous assistance respiratoire", souligne le pneumologue. "Il y a également un critère d'âge : plus le patient est jeune, plus il a de chances de recevoir de nouveaux poumons. Il devait également être en bonne santé avant sa contamination au Covid-19, de préférence non-fumeur et pas en surpoids".

Le patient doit être guéri du Covid

Pour bénéficier de la greffe, le patient doit également être guéri du coronavirus afin que les médecins puissent "effectuer la transplantation en toute sécurité". Deux tests PCR ont ainsi eu lieu pour s'en assurer, à 4 semaines d'intervalle.

Il est, en outre, "soumis à un examen neurologique, et doit bien sûr aussi répondre aux exigences de l'organisation de coopération internationale Eurotransplant, qui a des critères spécifiques pour les transplantations pulmonaires urgentes", ajoute le pneumologue.


►►►A lire aussi : Coronavirus : une première transplantation de poumons à partir d'un donneur qui a eu le Covid réussie à l'UZ Leuven


Une première personne répondant à ces différents critères a donc reçu le 1er janvier 2021 une transplantation pulmonaire à l'UZ Leuven. L'intervention s'est bien passée et le patient, rentré chez lui, se porte bien.

Un deuxième patient est encore aux soins intensifs, après avoir bénéficié d'une double transplantation pulmonaire une semaine plus tard. Il se porte bien également, confirme le Professeur Verleden, qui précise en outre que la double greffe de poumons est dans ce cas de figure, une nécessité. 

"Après la première vague de la pandémie", explique-t-il encore, "nous restions avec beaucoup d'inconnues et de questionnements: quelles possibilités de transplantations, quelles chances de survie, etc.

Après la deuxième vague, nous avons pu avancer, en nous basant sur un intense travail d'équipe, notre expérience, et en regardant la littérature existante".

Quant au suivi médicamenteux de ces patients greffés, il ne diffère pas de celui des patients n'ayant pas souffert du Covid.

Rtbf avec Belga

Retrouvez l'article original sur RTBF