Ciney 5590

Ciney: dépolluer une décharge avec du végétal, c'est possible!

Dépolluer une décharge avec du miscanthus, c'est possible: la preuve à Ciney. Un hectare de plantation qui en plus pourra produire de l'énergie!

Au zoning de Biron, à Ciney, un ancien dépotoir fait l'objet d'un projet pilote de plantation de miscanthus. L'objectif est de végétaliser le site, d'une superficie d'un hectare, au milieu du zoning. Mais c'est aussi et surtout de dépolluer partiellement le site.

C'est ce qu'explique Lucas Gossiaux, chef de projet chez Valbiom:

On sur un site qui présente une problématique de pollution. On est sur une ancienne décharge donc, le végétal va vraiment avoir pour objectif d'éviter la dissémination des polluants dans l'environnement.  La végétation va même aller jusqu'à les dégrader et éviter par exemple que les polluants ne percolent jusque dans les nappes phréatiques ou alors que le vent ou l'eau emporte cette pollution l'occasion d'un phénomène érosif, par exemple. 

Un hectare de miscanthus produit l'équivalent d'énergie de 6 à 8000 litres de mazout

Autre intérêt de cette plantation de miscanthus, la valorisation d'un végétal qui peut se transformer en énergie:

C'est une plante qui a un potentiel de produire de la matière, que ce soit pour les filières énergétiques,  production de chaleur renouvelable, par exemple,  ou des filières « matière ».  Juste pour vous donner quelques ordres de grandeur sur le potentiel énergétique, ici, sur un hectare, on estime qu'il a la possibilité de produire l'équivalent de six à huit mille litres de mazout en équivalence. 

Planté en 2020, les premières coupes pour 2022

Le miscanthus a été planté ici au printemps de cette année. Il pourra être coupé en 2022. A ce moment, les plants auront atteint une hauteur de trois mètres. Les racines vont rester dans le sol, se fortifier et capter encore plus de polluants. Et de nouvelles tiges vont pousser pour la récolte suivante. Pour un usage multiple, comme l'explique Pascal Parache, de la société “Promisc”, spécialiste belge de l'implantation du miscanthus:

On va utiliser les tige du miscanthus pour du paillage,  du paillage horticole, pour faire des lits anti-développement d'adventices. On va aussi le transformer en paillage animal, par exemple: les litières pour les animaux de compagnie. Il y a aussi l'utilisation énergétique pour les chaufferies biomasse et enfin la partie matériaux de construction isolation. 

Le potentiel de développement du miscanthus dépendra du type de soutien accordé pour ce type de valorisation. L'association Valbiom, qui valorise ce type de biomasse estime que plusieurs centaines d'hectares wallons pourraient être consacrés à ce type de développement.

 

Dépolluer une décharge avec du miscanthus, c'est possible: la preuve à Ciney. Un hectare de plantation qui en plus pourra produire de l'énergie!

Retrouvez l'article original sur MAtélé