Charleroi 6000

Charleroi bien présente à la Schtroumpf Experience avec les Dirty Monitors

Les Schtroumpfs fêtent leurs 60 ans cette année et, pour l'occasion, une exposition leur est consacrée à Bruxelles. L’événement utilise des technologies de pointe avec des décors virtuels et du vidéo-mapping. Cette dernière technique est...

Les Schtroumpfs fêtent leurs 60 ans cette année et, pour l'occasion, une exposition leur est consacrée à Bruxelles. L’événement utilise des technologies de pointe avec des décors virtuels et du vidéo-mapping. Cette dernière technique est maîtrisée depuis des années maintenant par des Carolos : les Dirty Monitors.

Orphée Cataldo est l'un des directeurs des Dirty Monitors et il explique combien de personnes ont travaillé sur le projet : "Nous étions à peu près 25 en animations de personnages ou en modeling de personnages et d’objets. Et puis après il y a toutes les personnes qui font la programmation pour le temps réel, les jeux vidéos etc. En tout, on a au moins une trentaine de personnes qui ont participé chez nous à ce projet même s’ils n’étaient pas à plein temps sur ces six derniers mois de travail. Maintenant, cette expérience des Schtroumpfs, c’est la plus grande sur laquelle il y a le plus grand nombre d’installations à nous. On est en charge de toute la création vidéo sur l’exposition et toute la partie interactive donc tous les hologrammes, toutes les parties mapping. On fait des chutes d’eau en mapping, on fait des fleurs en mapping, on fait plein d’objets qui habillent l’univers des Schtroumpfs. On fait aussi tous les jeux interactifs : des quiz, des tablettes, pour apprendre à parler schtroumpf, etc. On fait également le village à 360°, la réalité virtuelle. On fait une machine interactive, de la danse en réalité augmentée. On fait beaucoup d’installations à la fois interactives, immersives et aussi des hologrammes cachés dans le décor."

L'exposition consacrée aux Schtroumpfs est visible jusqu’au 2 septembre à Brussels Expo.

Christine Borowiak, Daniel Barbieux

Retrouvez l'article original sur RTBF