Aubange 6790

Ces métiers oubliés au charme certain !

Ce sont des métiers qui parleront à certains d’entre vous ! Aujourd’hui, ils sont (presque) tombés dans l'oubli... Petit retour dans le passé, à la découverte de ces métiers qui avaient toute leur utilité !

Partez à la découverte de ces métiers du passé, qui ont quasi disparu et que beaucoup d’entre nous connaissent à peine, voire pas du tout !

Et vous, vous vouliez faire quoi quand vous étiez petit?

* * *

Vivre ICI et la SONUMA se sont réunis pour vous offrir la chance de redécouvrir les archives de votre région.

Vous avez été touché(e), attendri(e) par ces images? Découvrez plus de métiers oubliés ici.

Artisan pipier

Découvrez la fabrication artisanale des pipes en bois de bruyère, à travers un portrait de Jean-Pierre Forton, artisan pipier installé dans le quartier des Marolles à Bruxelles. En 1990, ils ne sont plus que 3 à exercer ce métier dans la capitale.

Chiffonnier

On est en 1972. Jean Petit est chiffonnier. Tous les jours, il récolte chiffons, vieux fers et autres objets voués à la casse. Son quotidien est fait de trajets sur son triporteur à travers les rues du village. Il vit dans une maison déclarée insalubre mais ne peut pas espérer mieux en sachant ce qu'il gagne.

Sabotier

Portrait du dernier sabotier du village de Presgaux. Il s'appelle Alcide Cuvelier, il a 77 ans. Cet extrait de 1981 nous montre les premières découpes, du tronçonnage du fût jusqu'au premiers coups de hache pour façonner le sabot en bois. Un savoir-faire aujourd'hui disparu...

Allumeurs de réverbères

En 1958, les allumeurs de réverbères ne sont plus que quelques-uns à Liège. Le soir, ils allument l'éclairage public dans le parc d'Avroy et le matin, l'heure est venue de les éteindre... Et c'est tous les jours le même cérémonial... Mais le remplacement systématique de ces anciens réverbères au gaz par des lampes néons emporte avec lui ce métier d'un autre temps.

Louageur de charrettes et tanneurs

Saint-Pholien est un quartier bien connu de Liège. Il existe encore de nombreuses personnes qui exercent des petits métiers : louageur de charrettes, tanneurs ou encore marchands de quatre saisons. Rencontre en 1965, avec quelques-uns d'entre eux, qui évoquent leur métier...

Crieur

Le secret d'un bon crieur, c'est le poumon. Le poumon vous dis-je. C'est la confession de Martin Mertens, qui a l'âge de 75 ans en 1964, continue d'arpenter les rues de Malmedy avec sa cloche, pour de sa voix forte et rocailleuse, informer les citoyens des dernières nouvelles.

Taupier

Nous sommes en 1983. Gustave, gitan, est un des très rares taupiers de Belgique. Il raconte ses métiers, sa vie avec les gitans, ses rencontres et son métier de taupîer. Il ne sait ni lire ni écrire, mais passe ses journées à poser les pièges, entre deux discussions.

Conducteur de locomotives

En 1997, à l'occasion d'une exposition temporaire consacrée au rail à Jemelle, Guy Lemaire interroge deux anciens conducteurs de locomotives à vapeur, Henri Marchal et Albert Flasse. Ils évoquent (non sans humour) leurs souvenirs de machinistes.

Musiciens ambulants

Entre l'envie de faire le tour du monde avec sa grande boîte à musique ou simplement le besoin de se faire un peu de monnaie pour payer le loyer... Rencontre avec deux musiciens ambulants en 1963, l'un équipé d'une solide machine, l'autre muni d'un ancien landau, d'un tourne-disque et accompagné de son chien. Témoignage émouvant d'un métier difficile, plus encore quand les temps sont durs.