Forest 1190

Ces deux Voisines vous en font toute une cocotte !

Dans la commune de Forest, se mijote depuis quelques mois un projet frais et gourmet qui ravira les foodistas du quartier ! "Les voisines en font toute une cocotte", voilà une dénomination qui sonne comme un avertissement : il vous faudra ouvrir une autre porte si votre estomac réclame inlassablement le dîner de la sainte trinité " burger-pizza-plat surgelé ". Sous la houlette de Caroline Ratz et Pascale Paëz, ce sont un atelier de production et une épicerie fine qui feront prochainement frémir vos papilles.

Non loin du Parc Duden et du centre culturel flamand Ten Weyngaert, dans un quartier où la gentrification crie doucement son nom, on pourrait craindre l’arrivée de nouveaux concepts à venir estampillés par une tendance parfois sinistre du bio à tout prix. Mais ici, soyez rassurés, pas de sinistrose au menu ! Dans la veine de certains commerces environnants déjà bien établis sur le territoire, proposant une nourriture issue de l’agriculture raisonnée, "Les voisines en font toute une cocotte" privilégient une cuisine à visage humain où le fait de manger sainement ne repose pas uniquement sur la qualité d’un produit, mais met en exergue ces hommes et ces femmes qui par leur travail et leur savoir-faire rendent au terroir ses lettres de noblesse. Pour Caroline et Pascale, c’est une nécessité de savoir " d’où vient ce qui nous nourrit et de s’assurer que c’est dans le respect de la nature et de l’environnement que cette alimentation est produite ".

La cocotte, fil rouge du projet

Vous l’aurez compris, la cocotte a sa place à jouer dans l’aventure, elle est même au centre de la fristouille qui se prépare. Chez Les Voisines, on concocte tout dans la cocotte, cette fameuse casserole célèbre aux quatre coins du monde. Sur l’ardoise, du bon, du simple, du généreux : pot-au-feu, carbonnades, ragoûts, currys, tajines… les inspirations sont nombreuses et portées par le rythme des saisons. "Ca n’a pas de sens de manger des asperges blanches en hiver, ni même des tomates fraîches. L’impact écologique de ce mode de fonctionnement est désastreux", précise Caroline.

En pratique...

Plusieurs manières de s'y prendre pour acheminer ces petits plats jusqu'à chez vous: commandez en ligne, faites-vous livrer à domicile, achetez sur place. Dans tous les cas, tout est à emporter chez Les Voisines. Quoique, il vous sera également possible de déguster sur place, accoudés au comptoir et dans un style "petite restauration", une soupe, un café, des fromages, des charcuteries... Un espace dégustation propice à la rencontre et au renforcement des liens sociaux: "Nous avons une responsabilité sociale, donner à manger n'est pas tout, partager est indispensable. Ca passe par l'union. C'est le moment où l'on échange, on débat, on retrouve ses amis, mais aussi soi-même."

Quelles que soient vos obligations de la journée, la pause gourmande chez Les Voisines se fait à toute heure: vous pourrez "boire un bon café en papotant ou en lisant le journal, manger un bout à midi, prendre le goûter à la sortie de l'école et aussi venir prendre un verre de vin à la sortie du travail".

Du côté épicerie; on retrouvera des bocaux, terrines, pâtes sèches, bières issues de micro-brasseries bruxelloises, vins européens, crèmerie, salaisons, douceurs et desserts. Une sélection de produits faites en conscience, provenant de petits producteurs locaux ou de grossistes exclusivement bio pour les produits qu'on ne peut trouver dans la région. En bonus, une rôtisserie fera tourner poulets fermiers et petits os...

Des voisines devenues copines

"Il n'y a pas de bonne cuisine si au départ elle n'est pas faite par amitié pour celui ou celle à qui elle est destinée.” On peut sans nul doute se fier aux mots du " pape de la gastronomie ", Paul Bocuse, qui a récemment laissé son tablier et sa toque au monde des vivants. L’amitié, c’est entre-autre ce qui a réuni Caroline Ratz et Pascale Paëz autour de ce projet. Tout a démarré sur le pas d’une porte : anciennes voisines, ces deux épicuriennes ont eu largement le temps d’écumer le champ lexical du mot cuisine lors de rencontres fortuites. Et à force de papotes enjouées, c’est tout naturellement qu’elles se sont retrouvées chez l’une et l’autre pour partager en famille leur passion commune pour la bonne table.

Focus sur un combo de choc

Pascale a troqué une toque pour une autre. Baignée dans la sauce depuis plus de 20 ans, elle a récemment quitté les Super Filles du Tram, une adresse qui met le burger à l'honneur, implantée à Ixelles depuis 2009. Mais à force, elle n’en pouvait plus " de voir le gâchis alimentaire et le peu de cas qu’en faisait la plupart des gens autour d’elle. Consommer autrement et participer à l’évolution et à l’éducation de ce " consommer autrement " était devenu primordial pour elle." Suite à cette expérience, la chef aux multiples casquettes culinaires, avait besoin de se retrouver "en accord avec ses convictions de consommation alimentaire, de partager avec convivialité, générosité, convaincue que le repas est le lien entre tout être humain, la porte vers une nouvelle aventure." C'est donc Pascale qu'on retrouvera aux fourneaux chez Les Voisines.


Camerawoman de formation, c’est une sacrée reconversion qui attend Caroline. Mais il semble que ce tournant lui est apparu comme évident. Cette réorientation de carrière s’inscrit dans une période où le besoin d’agir à son échelle pour un monde plus sain et plus juste s’est imposé à elle. " Petit à petit, j’ai eu envie de passer de consommatrice à consom’actrice. De fil en aiguille, j’ai voulu être vraiment active dans " le manger et consommer autrement " et l’idée de l’épicerie a commencé à germer en moi." Et la germination est en bonne voie : Caroline prendra donc pour sa part les rennes de l'épicerie.

Objectif Zéro Déchet

Depuis plusieurs décennies, la quantité de déchets accumulés en Belgique donne froid dans le dos. On estime que dans chaque ménage belge, un kilo de déchets est produit par jour sans compter les 3500 kilos de déchets industriels qui découlent de nos biens de consommation.

La route est longue avant de trouver le chemin du zéro déchet. Caroline et Pascale en sont bien conscientes, mais ne se découragent pas pour autant. Pour ces deux entrepreneuses, il est essentiel d'apporter leur contribution à l'échelle locale à un monde en mutation, plus responsable, les yeux grands ouverts sur une problématique mondiale. "Comme nous sommes dans une logique d’économie circulaire et de réduction des déchets, nous comptons bien mutualiser nos ressources avec éventuellement d’autres partenaires, même si c’est encore difficile de dire aujourd’hui sous quelle forme exactement. Les idées pullulent, en tout cas. On pense entre autre à un compost collectif pour le quartier… On voudrait aussi collaborer avec les épiceries bio du coin pour éventuellement récupérer leurs invendus avant leur date de limite de vente pour les transformer et ainsi réduire de manière globale le gaspillage alimentaire", conclut Caroline.

 

Comme des lions affamés, la proie dans votre champ de vision, prêts à attaquer, vous vous demandez maintenant quand pourrez-vous assouvir votre gourmandise... Suivez-donc Les Voisines ici pour en savoir plus sur l'avancement du projet de Caroline et Pascale.

 

Claire Vandamme