Bientôt un passeport vaccinal ? " Nous sommes contre tout mécanisme qui serait une atteinte à la vie privée ", affirme Valérie Glatigny

La Commission européenne annonçait début de semaine son intention de formuler avant la fin du mois une proposition de législation visant à créer un "digital green pass" de façon à sécuriser et faciliter la libre circulation au sein de l’Union européenne ou à l’étranger.

La Commission européenne annonçait début de semaine son intention de formuler avant la fin du mois une proposition de législation visant à créer un "digital green pass" de façon à sécuriser et faciliter la libre circulation au sein de l’Union européenne ou à l’étranger. Ce document est une sorte de passeport numérique imaginé pour prouver qu’une personne a bien été vaccinée d’une part, ou pour enregistrer les résultats de tests pour ceux qui n’ont pas encore reçu le vaccin, d’autre part.

Et si cette proposition voyait le jour, il reviendrait aux différents États membres de choisir comment ils utiliseraient ce passeport en interne. Qu’en serait-il alors de la Belgique ?

"Nous sommes contre tout mécanisme qui serait une atteinte à la vie privée", affirmait au nom du MR la ministre de l’Enseignement supérieur, de la jeunesse et des sports, Valérie Glatigny, sur le plateau de QR le débat. "Je pense que la vaccination doit être un choix librement consenti."

Bénédicte Delaere, cheffe du service infectiologie du CHU UCL Namur et membre du GEMS, enchaîne en rejoignant l’avis précédemment cité de la présidente du Comité interfédéral Testing & Tracing, Karine Moykens : "Selon moi, le passeport vaccinal ne peut être envisagé tant que tout le monde n’a pas eu la possibilité d’être vacciné. Il ne peut pas y avoir de discrimination."

Mais qu’adviendra-t-il lorsque l’ensemble des concitoyens auront eu cette possibilité ? "La question est posée au plus mauvais moment", soutient le Ministre-Président wallon, Elio Di Rupo, avec fermeté. "Tous nos concitoyens n’ont pas eu l’occasion à ce stade de se faire vacciner. Si nous disions "oui" (sur le fait d’imposer le passeport vaccinal, ndlr) aujourd’hui, celles et ceux qui ne sont pas responsables de ne pas être vaccinés, puisqu’il n’y a pas de disponibilité des vaccins, seraient dans l’impossibilité d’aller au cinéma par exemple. Et puisqu’énormément de citoyens hésitent encore, nous devons mener des campagnes d’adhésion et expliquer pourquoi il est important de se faire vacciner. Et ce n’est qu’au terme de ces deux exercices que cette question se posera inéluctablement."

Mais si un "Passeport Covid" faisant seulement référence à la vaccination serait trop " clivant" pour le professeur émérite de Médecine interne et interniste au Chirec, Elie Cogan, un "Pass Covid", semblable au "digital green pass" de la Commission européenne, qui intégrerait l’immunité par la maladie, le vaccin et par les tests viraux (PCR, antigéniques, salivaires) serait "un bon moyen de rouvrir à court ou moyen terme les secteurs encore fermés actuellement."

Maud Wilquin

Retrouvez l'article original sur RTBF