Benoît Lutgen (cdH) : "Le mode de vie européen, c'est aussi l'accueil et la dignité de chaque personne"

Voici la réaction de l’eurodéputé Benoît Lutgen, du même groupe politique qu’Ursula Von der Leyen.

Protection du mode de vie européen, c’est le nouvel intitulé du portefeuille du commissaire européen chargé du dossier ultrasensible de la migration. A peine installées, la Commission et sa présidente suscitent le débat

>> Lire aussi : Le poste de commissaire européen responsable du mode de vie européen crée la polémique

"Je pense qu’on lui fait un mauvais procès, car elle a eu le courage de mettre l’enjeu de la migration au cœur même de son engagement. Et à titre personnel elle l’a fait elle-même en accueillant au sein de sa famille un jeune syrien de 19 ans. Le titre est malheureux cela, on la reconnaît et il faut le changer, mais sa volonté de vouloir que les valeurs européennes s’imposent à tous est juste. Il faut rapidement mettre fin à cette polémique et arriver sur le fond de la question".

Benoît Lutgen insiste sur le juste équilibre à avoir dans la politique d’accueil des migrants : "on doit effectivement respecter, l’accueil, l’asile dans nos pays. Avoir un partage des solidarités entre les pays Européen, ce qui n’existe pas en ce moment, avec toutes les conséquences politiques que cela a pu avoir comme en Italie, en Espagne dans une moindre mesure ou en Grèce. Nous avons laissé ces pays dans les difficultés de devoir accueillir seuls les migrants. Cela se fera par une renégociation de l’accord de DublinUrsula Von der Leyen a rappelé que le mode de vie européen c’est aussi l’accueil et la dignité de chaque personne".

Sur la nomination de Didier Reynders à la Justice, et la Protection des consommateurs, Benoît Lutgen réagit aussi : "c’est une très bonne chose, je n’ai pas compris que l’ensemble de la classe politique belge ne soutienne pas sa candidature. Je ne suis pas d’accord avec toutes ses idées et celles de libéraux, mais il faut lui reconnaître à la fois ses compétences, son rayonnement international quand il était ministre des affaires étrangères et la force politique qu’il peut représenter au sein de la future commission. Je ne peux que me réjouir, la Belgique va avoir du poids au niveau européen et ce avec des compétences très importantes".

Gouvernement wallon

A quelques heures de l’annonce du casting du futur gouvernement wallon, Benoît Lutgen commente : "L’accord pour moi sur ces enjeux, ces ambitions et ses objectifs à la fois en environnement, climat, emploi et social, on ne peut que le partager. Mais il manque des chiffres et cette déclaration est donc floue. La crainte qui est la nôtre est que ce gouvernement soit en perpétuelle négociation et que l’on ait caché les vrais problèmes sous le tapis. C’est un mauvais message que l’on envoie vers la population, vers la Flandre car cela veut dire que la dérive budgétaire pourrait exister. Ce manque de vision budgétaire est aussi très pénalisant pour les communes, on nous demande un travail rigoureux et transversal au niveau des communes et le gouvernement lui ne le fait pas".

Le retour annoncé d’Elio Di Rupo à la tête du gouvernement wallon est vu sévèrement par Benoît Lutgen : "Je ne vais pas de renouvellement politique, en 1999, Elio Di Rupo et Jean-Marc Nollet étaient déjà là comme ministre ou avaient des responsabilités, alors que moi je ne m’étais même encore jamais présenté à une élection. J’espère qu’il y aura du renouveau dans le casting. Le cdH sera là pour mener une opposition constructive".

 

Olivier Arendt

Retrouvez l'article original sur RTBF