Beloeil 7970

Beloeil: un petit coin de paradis pour amateurs de Paddle

C'est un des sports à la mode : le "SUP", comme disent les amateurs, le "Stand Up Paddle".

Nous avons déniché un "spot" encore secret un tuyau "qui se refile sous le manteau", sur les réseaux sociaux. Prenez votre planche, votre rame et en route pour une balade de 2 heures sur le canal Ath-Blaton. Peut-être une future base nautique à Stambruges? Un projet est à l'étude…
"Mes débuts sur une planche? Oh...c'était...il y a plus de quarante ans?" Philippe a débuté par la planche à voile, puis il est passé au surf. "J'ai été moniteur de sports nautiques dans un club, en France". Sa passion du moment, c'est le Paddle. "C'est l'âge, aussi, le paddle c'est plus tranquille...Et c'est très tendance en ce moment!"

Philippe est connu sur les réseaux sociaux, les pages facebook spécialisées, pour ses "bons tuyaux". Il adore faire découvrir aux amateurs de glisse des "petits bijoux", comme ici à Stambruges. "Notre point de départ, c'est l'écluse, rue du Côla. Ensuite, on peut suivre le canal jusqu'au petit village de Grosage, 6 kilomètres plus loin. Il y a deux ponts à passer. Ils sont très bas, alors on se couche sur le paddle. C'est juste, mais on y arrive", sourit le Stambrugeois.

Aller-retour, la promenade prend 2 bonnes heures. "Si on a le vent de face, au retour, on est content d'arriver!" Car le paddle n'est pas si "tranquille" qu'il n'y paraît. Michael, un ami de Philippe, s'en est rendu compte. "Ca fait tout travailler! Abdos, fessiers, équilibre évidemment! C'est du gainage, tout le temps. On le sent!" Michael est monté pour la première fois sur une planche de paddle l'an dernier. Après quelques "ploufs", il était autonome, et prend beaucoup de plaisir à venir pagayer, sur ce bras de canal. "C'est juste magnifique! Et ce calme...On n'habite pas loin, alors parfois, même après le travail, on charge les planches et on vient ici une demi-heure". Il est accompagné de Timothy, qui possède un paddle un peu particulier. "C'est une planche gonflable", explique Philippe. "Elles ont l'avantage d'être beaucoup plus transportables. On la gonfle, on la dégonfle, on la remet dans le coffre de sa voiture...C'est pratique. Mais cela dépend les sensations que l'on veut ressentir, ce que l'on veut faire…". 

Avec le Paddle, Philippe a l'impression de "méditer sur l'eau". "J'aime bien mettre mes écouteurs, de la musique que j'aime, et puis pagayer en regardant le paysage. Ici, on ne pense à rien! C'est un excellent moyen de décompresser". Un regard différent sur la nature, aussi: "quand vous êtes au bord de l'eau, vous voyez certaines choses. Mais en étant SUR l'eau, votre point de vue est radicalement différent. On voit les nids des oiseaux, les poules d'eau, les canards, les poissons, les algues…" Son heure préférée? "6 heures du matin, pour assister au réveil de la nature, c'est tout simplement magique".

Des lieux comme celui-ci se partagent, entre initiés ou amateurs de découvertes, sur facebook notamment. "J'ai fait venir des gens de Gand, de Louvain-La-Neuve, sur ce petit spot secret", raconte Philippe. "En cette période 'covid', le paddle c'est une activité facile, on pratique seul, à distance des autres…" Peut-on poser son paddle n'importe où? Sur n'importe quel ruisseau, n'importe quel canal? "Théoriquement oui", affirme Philippe, "en tout cas tout ce qui n'est pas interdit est permis, donc le paddle n'étant pas interdit, on peut le pratiquer. Mais il est préférable de choisir des endroits assez calmes. Se retrouver face à des péniches gros gabarit...ce n'est pas très agréable. Et c'est dangereux!

Philippe aimerait faire connaître un peu plus son "petit coin de paradis". Il en a parlé à Anthony Basilico, l'échevin du tourisme et des sports de la commune de Beloeil. "Oserais-je dire que les grands esprits se rencontrent?", rit le mandataire. "J'avais justement de mon côté aussi envie de mettre en valeur ce bief magnifique, et créer quelque chose là autour!" Lui voyait plutôt des kayaks sur le canal. Mais pourquoi pas aménager un ponton, sécurisé, pour permettre à plusieurs types d'embarcations de se "mettre à l'eau"?

"C'est à l'étude, cela ne demanderait pas de lourds investissements. Ce serait une belle opportunité, pour les habitants de la commune mais aussi des touristes? Nous avions déjà un petit événement prévu cet été, sur le canal, mais il a fallu l'annuler, pour cause de mesures sanitaires. Ce n'est que partie remise". 

En attendant, rien ne vous empêche de tester la pratique du paddle à Stambruges ou ailleurs. "Côté budget, ça se démocratise", remarque Philippe. "Comptez 400 euros pour une planche rigide", les modèles gonflables démarrent à des prix un peu moins élevés.

Charlotte Legrand

Retrouvez l'article original sur RTBF