Chaudfontaine 4050

Beaufays: elle sort de chez elle et découvre un arrêt de bus devant son magasin

Imaginez plutôt : En sortant de chez vous, vous constatez qu'un marquage au sol pour un arrêt bus a été tracé juste sous votre fenêtre. Et cela sans même vous avertir. Cette mésaventure vient d'être vécue par une commerçante de Beaufays Ce...

Imaginez plutôt : En sortant de chez vous, vous constatez qu'un marquage au sol pour un arrêt bus a été tracé juste sous votre fenêtre. Et cela sans même vous avertir. Cette mésaventure vient d'être vécue par une commerçante de Beaufays

Ce marquage au sol a été placé juste devant la vitrine, sur 20 à 30 mètres de façade, avec l'indication "bus" en lettres géantes. Pour cette commerçante et ses clients, désormais, interdiction de stationner devant le magasin!  

Y-a-t-il une règlementation spécifique ?

Peut-on effectivement décider le placement d'un arrêt de bus sans que les riverains aient leur mot à dire, sans même qu'ils en soient prévenus ? Dans ce cas précis, c'est le Service Public de Wallonie, en concertation avec le TEC, qui a déplacé ce marquage au sol rue de Louveigné, une route nationale qui dépend donc de la Région Wallonne et qui fait l'objet d'un vaste réaménagement avec création d'un rond-point. "Si l'emplacement de cet arrêt de bus a été décalé d'une vingtaine de mètres", précise Laurence Zanchetta, porte-parole du SPW Mobilité, " c'est parce qu'il permet désormais aux passagers des bus d'emprunter une portion de trottoir plus sécurisante. C'est l'intérêt général qui doit primer, pas l'intérêt particulier. D'autant qu'il faut le rappeler, les riverains ne sont pas propriétaires de leur trottoir, c'est le domaine public".

Le Service Public de Wallonie souligne qu'il y a par ailleurs de nombreuses possibilités de stationnement à proximité immédiate pour les clients de ce commerce. Cela dit, le SPW le reconnait : prévenir les riverains concernés, ça n'est pas dans ses habitudes, mais cela permettrait peut-être d'apaiser certaines tensions. 

 

Marc Hildesheim

Retrouvez l'article original sur RTBF