Namur 5000

Bactérie mortelle de la "gueule du chien": le FNRS soutient une équipe de chercheurs namurois

Une vingtaine de chercheurs de l’université de Namur (UNamur) vont être financés par le Fonds national de la recherche scientifique.


Le FNRS a confirmé la liste des élus. Parmi ces scientifiques sélectionnés, Francesco Renzi dispose d’un financement à durée indéterminée. Il dirige, depuis Namur, la seule équipe au monde qui planche sur la bactérie de la "gueule du chien". Une bactérie mortelle pour l’homme qui, en cas de morsure, peut provoquer une infection rarissime et dont les symptômes sont très difficiles à identifier.

"Deux ou trois jours après avoir été mordus par exemple, les patients commencent à avoir de la fièvre, des douleurs, explique Francesco Renzi. Et après deux ou trois jours, ils peuvent avoir une septicémie ou une méningite qui peut être létale dans 40% des cas ! Lorsqu'ils arrivent à l'hôpital, ils présentent des symptômes qui ne sont pas spécifiques à cette maladie. C'est donc très délicat de prendre la mesure exacte du problème. Car cela pourrait très bien être d'autres maladies, de type bactérien ou viral par exemple. Le problème, donc, c'est lorsque la bactérie est identifiée chez le patient, elle l'est souvent identifiée très tard ! Et il arrive donc que le patient est déjà en train de mourir…"

Outre la vingtaine de chercheurs de l'UNamur, 393 scientifiques recevront également un financement du FNRS. Plus de 12 dossiers de candidatures avaient été déposés cette année.

Benjamin Bröne

Retrouvez l'article original sur RTBF