Avant 1977, Viroinval n'existait pas ...

Viroinval, c’est le nom donné à la réunion de 8 villages lors de la fusion des communes. Le lien entre eux, le Viroin, petite rivière formée par l’Eau blanche et l’Eau Noire.

Aujourd’hui, l’entité vit essentiellement du tourisme vert. Il faut dire qu’on est au cœur parc naturel Viroin-Hermeton. L’histoire et la culture sont aussi des atouts de Viroinval. La vallée est parcourue par le chemin de fer des 3 vallées qui embarque le curieux pour un voyage au temps des locomotives à vapeur. Arrêt en gare de Treignes, le village aux multiples musées : le musée du Malgré-tout qui fait la part belle à la Préhistoire et à l’Antiquité gallo-romaine, l’écomusée du Viroin qui glorifie le travail des anciens, et l’espace Arthur Masson, le papa de Toine Culot, le truculent héros de la littérature locale, obèse ardennais, figure emblématique de la région. Enfin, le musée du chemin de fer des 3 vallées qui retracent près 180 ans d’histoire ferroviaire.

Dourbes séduira les amateurs de ruines médiévales avec le château de Hauteroche. Le point de vue sur la vallée du Viroin y est exceptionnel.

A Nîmes, le Fondry des chiens est un phénomène karstique. Ces gouffres naturels ont été creusés en zone calcaire sur une profondeur de près de 20 mètres. Ils ont été exploités jusqu’au 19e siècle afin de récupérer le minerai de fer.

C. Vandelois