Au moins quatre professeurs positifs au variant britannique: le Collège St-Michel d'Etterbeek suspend ses cours, le bourgmestre pointe les retours de vacances

Le Collège Saint-Michel à Etterbeek a décidé de suspendre les cours en présentiel pour tous les élèves du secondaire, de la 1e à la 6e année, suite à la découverte d'un important foyer de coronavirus au sein de son établissement. "Le nombre de professeurs écartés et testés est important", a fait savoir le Collège par communiqué. De plus, "quatre d’entre eux ont d’ores et déjà été diagnostiqués comme porteurs d’un des nouveaux variants du virus".

De ce fait, 270 élèves, qui ont été en contact avec les seuls professeurs infectés font l’objet d’une mesure d’écartement et d’une obligation de dépistage. Selon le Collège, le nombre de tests positifs augmente d'heure en heure et le nombre de professeurs infectés risque encore d’augmenter. "Il en ira dès lors inévitablement de même pour le nombre d’élèves écartés".


Lire aussi: Coronavirus en Belgique : les écoles peuvent également devenir sources de contamination, avertit Vandenbroucke


L'école fonctionnera donc dès cette semaine à 100% en distanciel. "Cette suspension d’une semaine des cours en présentiel nous permettra de lever une série d’incertitudes et de lutter contre l’expansion du virus au sein de l’école" conclut le Collège.

Deux autres foyers ont aussi été détectés dans la commune, l'un à l'école primaire des Carrefours, l'autre dans une classe fondamentale de l'école de la Colombe de la Paix. Là aussi, l'école et la classe ont été fermées par précaution.

Le bourgmestre pointe les vacances de Noël

Depuis quelques semaines, Etterbeek fait partie des communes bruxelloises où le taux de contamination est parmi les plus élevés à cause du retour des vacances de Noël. La situation aujourd’hui n’est donc pas très étonnante pour le bourgmestre.

"Après le retour des vacances, on est passé de 303 cas pour 100.000 habitants à plus de 400" explique Vincent De Wolf, "ça devait avoir des conséquences, nécessairement. Il y a toujours un moment de latence avant que la contamination ne progresse et que les tests aient lieu et qu’on soit informé donc on est dans ce délai-là. Les gens sont rentrés le 4 janvier, on est le 24. C’est cohérent et c’est ce que je craignais."

X.L.

Retrouvez l'article original sur RTBF