Après les joueuses norvégiennes de beach handball, c’est au tour des Françaises de dire non au bikini

Après la Norvège, c’est au tour de l’équipe de France de beach handball de refuser le bikini sur les terrains de sable. Les joueuses souhaitent désormais porter la tenue de leur choix. Soutenue par leur entraîneuse Valérie Nicolas, l’équipe a adressé un courrier à la Fédération française.

Sur les terrains de sable, le règlement exige en effet brassière et bikini. Une tenue légère contestée par les joueuses françaises de beach handball. "On tourne, on saute et les gardiennes de buts écartent les jambes. Tu ne te sens pas forcément à l’aise dans un bikini, tu te sens un peu nue", explique Valérie Nicolas au Parisien.

Les joueuses dénoncent donc le manque de confort de leur équipement. "Quand tu as tes règles, il faut que tu aies un tampon donc tu n’as pas le choix de ta protection et pour peu qu’un fil dépasse, tu es toujours en train de flipper. Pour certaines joueuses, c’est un complexe et je comprends qu’elles ne veuillent pas jouer par rapport à ça".


►►► À lire aussi : "Va n*quer ta mère sale grosse" : Ysaline Bonaventure encore harcelée par des parieurs frustrés


Pourtant, sur le terrain de beach handball, c’est le bikini ou rien. Interdiction de porter des shortys. Le short, c’est le privilège des garçons. A l’inverse de leurs homologues féminines, les joueurs peuvent même porter un débardeur.

Un règlement jugé "incohérent" par l’entraîneuse et ses joueuses. "Celles qui veulent jouer en bikini le peuvent, pas de souci. On demande tout simplement de pouvoir jouer en shorty ou en short", continue-t-elle dans le journal français.

Je suis prête à me faire sanctionner sans problème

Pour permettre aux joueuses d’être à l’aise, l’entraîneuse n’a pas peur des retombées. "Je suis prête à me faire sanctionner sans problème, j’espère que la fédération française agira aussi. J’espère que ça aura changé d’ici la prochaine grande compétition, au Championnat d’Europe dans deux ans. Et je pense que ça changera car avec tout ce qu’il se dit, ce n’est pas possible que ça reste comme ça."

Une polémique venue de Norvège

Il faut dire que la tenue des joueuses de beach handball n’avait jamais autant fait parler d’elle que depuis une dizaine de jours. Durant l’Euro, c’est le match de la Norvège face à l’Espagne qui a mis le feu aux poudres. La raison ? Les joueuses avaient décidé de venir vêtues non pas du traditionnel bikini… mais d’un short.

Sanctionnées par la commission de discipline de la Fédération européenne de handball, les joueuses avaient écopé d’une amende de 1500 euros. Soit 150€ par tête. Une décision qui a provoqué un véritable tollé et a vite fait le tour du monde entier.


►►► À lire aussi : Cachez ces joueuses que je ne saurais voir : les footballeuses de l’équipe de France priées de laisser leur place aux hommes


Parmi toutes les réactions, il y en a une qui a particulièrement attiré les regards… c’est celle de Pink. La chanteuse américaine s’est empressée de prendre la défense de l’équipe norvégienne, proposant même de payer l’amende à la place des joueuses. "La fédération européenne devrait payer une amende pour sexisme", avait-elle ajouté sur Twitter.

C’est une petite révolution qui suit son cours dans le monde du beach handball. Reste à voir si les Norvégiennes et les Françaises seront bientôt rejointes par d’autres comparses. Et peut-être qu’un jour, les joueuses fouleront les terrains de sables vêtues de leur plus beau shorty.

Estelle De Houck

Retrouvez l'article original sur RTBF