Visé 4600

ALEGrO, la première interconnexion électrique entre la Belgique et l'Allemagne est prête

Pouvoir bénéficier d’électricité venant d’Allemagne en cas de problème d’approvisionnement en Belgique, et vice versa, c’est ce que permet la première interconnexion électrique entre les deux pays qui vient d’être construite à Lixhe, près de Visé, aboutissement d’une liaison qui part d’Oberzier, en Allemagne.

Cela s’appelle une station de conversion permettant de convertir le courant continu en courant alternatif, et sa capacité est très importante.

L’équivalent de la consommation électrique d’une ville d’un million d’habitants, c’est la capacité de cette station : " C’est une interconnexion qui permet de faire transiter l’équivalent d’une centrale nucléaire, de manière supplémentaire, entre les réseaux belges et les réseaux allemands, de manière directe ", confirme Markus Berger, directeur des infrastructures d’Elia. Ainsi, en cas de problème d’alimentation en Belgique, cela permet d’avoir de l’électricité venant d’Allemagne pour dépanner : " Vous pouvez avoir des déséquilibres entre la demande, c’est-à-dire la consommation, et la production. A ce moment-là, il faut régler le problème, et vous êtes en temps réel. Avec cet interconnecteur, on a la possibilité de régler ça pour rétablir cet équilibre ", ajoute-t-il.

Longue de 90 km, cette liaison représente un investissement de 500 millions d’euros et un sacré défi technique. Il a par exemple fallu creuser un micro-tunnel de 670 mètres sous la Meuse pour y passer 2 câbles de 12 cm de diamètre.

C’est aussi une infrastructure qui trouve une place dans le scénario de fin du nucléaire : " De fin du nucléaire, et surtout du développement du renouvelable. Nous devons avoir une intégration de plus en plus forte au niveau européen pour pouvoir bénéficier de l’énergie renouvelable quand elle est produite à un moment donné quelque part, et qu’elle puisse circuler et être consommée dans les différents pays. Donc effectivement c’est la concrétisation de la transition énergétique ", précise Philippe Henry, ministre wallon de l’Energie.

Les tests de mise sous tension de cette infrastructure auront lieu la semaine prochaine. L’exploitation commerciale est prévue dès la fin de l’année.

Olivier Thunus

Retrouvez l'article original sur RTBF