Affaire Chovanec: le parquet général de Mons ouvre un dossier pour violation du secret professionnel

Le parquet général de Mons annonce lundi qu'il ouvrira un nouveau dossier de violation du secret professionnel à la suite de la révélation d'informations dans la presse concernant "l'affaire Chovanec", le décès d'un ressortissant slovaque en février 2018. Le ministère public rappelle qu'il convient, à ce stade de l'enquête, "d'être extrêmement prudent" et "de ne tirer aucune conclusion" quant aux causes du décès.

Selon les informations de RTL Info révélées samedi et confirmées par une source proche de l'enquête, une nouvelle expertise estime que Jozef Chovanec a perdu la vie à cause des coups qu'il s'était lui-même infligés dans sa cellule de l'aéroport de Charleroi, et non à la suite des gestes des policiers qui l'avaient maitrisé ou à ceux des secours qui lui avaient injecté un calmant. L'homme était décédé quelques jours plus tard à l'hôpital.

Les avocats de la famille Chovanec ont réagi à ces informations "avec une grande consternation". "Nous tenons à souligner qu'à ce jour, nous n'avons pas eu connaissance du rapport qu'ils citent. Ni un rapport préliminaire ni un rapport final n'ont été remis aux avocats de la famille ou aux experts désignés par eux. Même l'existence d'un tel rapport ne nous a jamais été signalée", fustige Ann Van de Steen.

Dans une communication lundi, le ministère public regrette la diffusion du contenu d'un rapport d'expertise dans les médias. "C'est regrettable car cela ne contribue guère à un débat judiciaire serein", ajoute-t-il.

Il souligne que dans ses conclusions, le collège d'experts "estime qu'il doit attendre avant de conclure définitivement les résultats de la reconstitution" qui doit se dérouler la semaine prochaine. "Il convient donc à ce stade de l'enquête d'être extrêmement prudent et de ne tirer aucun conclusion quant aux causes du décès de Monsieur Chovanec."

 

Belga

Retrouvez l'article original sur RTBF