Binche 7130

Binche : une expo de masques de protection… au Musée du Masque

Une exposition temporaire de représentations artistiques de masques de protection, voilà qui tombe fort à propos dans l’actualité épidémique que nous vivons.

"Respiro Prezioso", Souffle Précieux, propose, au sein du Musée International du Carnaval et du Masque de Binche, 11 dessins d’étudiants en design d’orfèvrerie, ainsi que 2 masques en argent. Des étudiants de la prestigieuse "Academia delle Arti Orafe", à Rome qui ont revisité, sous la houlette de la célèbre professeur de design d’orfèvrerie Barbara Brocchi, ce masque sanitaire sous l’aspect du bijou et des pierres précieuses.

Clémence Mathieu, la directrice du musée : "c’est vrai que dans notre musée, nous traitons habituellement du masque rituel, alors qu’ici nous sommes dans le masque profane. Mais c’est un masque de protection et un masque quand même ! D’ailleurs, il a une place tellement importante dans nos vies qu’il prend une place presque similaire à celle d’un rituel. Le fait de brandir le masque, de le mettre, les rapports sociaux qui sont transformés par la présence de ce masque et la perception de l’autre, la perception aussi de qui on est sous le masque, bref, des problématiques que l’on retrouve dans un rituel masqué traditionnel".


►►► À lire aussi : Toutes les infos sur le coronavirus


Cette collaboration inédite avec l’Italie a pu se faire grâce à Christel Deliège : l’ancienne directrice du musée vit aujourd’hui à Rome et suit des cours dans cette académie. "Et puis, souligne Clémence Mathieu, cette expo nous permet d’être solidaires avec l’Italie, qui a tant souffert de cette pandémie". Ces dessins de masque réinterprétés par les étudiants sont étonnants par les personnalités qui s’en dégagent. "Ces étudiants sont venus du monde entier pour étudier dans cette académie romaine. Leur perception différente du masque est intéressante, souligne Clémence Mathieu : chacun a mis une vision très personnelle de ce masque de protection, et on voit bien que le masque est un élément d’identité tout en étant un élément universel." Ces masques d’or ou d’argent, couverts de pierres précieuses, resteront probablement à tout jamais virtuels : leur fabrication serait beaucoup trop onéreuse !

Le musée profite de cette exposition pour lancer un concours international de dessin. Il s’agit de revisiter ce masque sanitaire, de façon dessinée et originale. Toutes les techniques et méthodes de dessin sont admises, et le concours est ouvert à tous. Seule condition : avoir plus de 16 ans. Pour avoir toutes les infos, ainsi que les horaires de l’expo, une adresse : www.museedumasque.be. Le concours se clôture en même temps que l’expo, le 16 août !

Christine Borowiak

Retrouvez l'article original sur RTBF