Ixelles 1050

L'asbl "Communa" vous ouvre les portes de sa "Serre" à Ixelles

C'est dans le quartier de Flagey à Ixelles que "La Serre", ancien hangar désaffecté et réhabilité en lieu de vie et d'activités momentanées, fait aujourd'hui germer les prémices d'initiatives d'économie sociale et circulaire, mettant l'accent sur le droit au logement pour tous, la réinsertion professionnelle et sociale et le vivre ensemble.

C'est dans la cadre du contrat de quartier "Maelbeek" que Communa, une asbl située à Bruxelles qui contracte des conventions d'occupations temporaires avec des propriétaires de bâtiments vides, a fait naître un petit nouveau dans le paysage urbain bruxellois.  La Serre abrite depuis quelques mois et pour les deux prochaines années une végétation dense où pousse à la vitesse grand v une multitude d'initiatives incubatrices de liens sociaux, mixant culture, création, activités économiques innovantes, vie associative et habitat groupé.

La Serre: catalyseur de cohésion sociale

Outre la mission de redonner un sens au vide urbain via une concentration de projets citoyens, Communa, chargée par la commune d'Ixelles de réhabiliter ce hangar désaffecté devenu temporairement "La Serre", offre une "solution transitoire, facilitant l’accès à l’habitat tant pour la réinsertion de personnes mal-logées que pour le développement d’habitats communautaires." C'est notamment par le prisme de la mixité sociale que l'asbl s'engage dans une transition citoyenne qui valorise la concrétisation de mondes communs où chacun a le droit de penser, créer et agir différemment, "indépendamment du niveau économique, de l’origine sociale, de l’orientation sexuelle, des croyances ou de la situation administrative des personnes, permettant de décloisonner les clivages apparents", précise l'asbl Communa.

"La Serre", comme tout autre espace investi par Communa, entraîne dans son sillage la cocréation d'une cohésion sociale solide, initiée non seulement par les membres de l'asbl, mais également par les riverains et les commerçants des alentours. C'est avec le soutien et/ou l'investissement de toutes ces têtes pensantes, mains créatrices et énergies bouillonnantes, vecteurs de changement, que naissent intelligence collective, partage de connaissances et mutualisation des ressources entre les membres.

La Serre: Qu'est-ce qu'on y fait ?

La Serre est en effervescence, les 5 sens en éveil, elle s'agite depuis peu pour offrir à ses hébergés, comme à ses visiteurs des activités et rendez-vous divers. Voici une liste non exhaustive de ce qui se façonne au sein de ce réseau, riche en matière grise et à hautes portées sociétales :
 

* OUR HOUSE PROJECT
Our House Project est une association sans but lucratif dédiée à la cause des réfugiés visant à les intégrer socialement et professionnellement, en favorisant l'échange et la création de liens entre les cultures arrivantes et les cultures locales.

* L'OUSTAOU
Une petite faim et une grande soif de soutenir un projet porteur de sens? Passez à l'Oustaou: trois fois par semaine, ce restaurant qui propose une cuisine végétarienne, bio, locale et de saison, prend ses quartiers dans la cuisine partagée de La Serre.

* UP COOKING
Comme on le retrouve sur leur page Facebook, Up Cooking c'est en résumé: "Récupérer, Valoriser et "S’assietter"". Un autre restaurant donc qui pour sa part récupère des invendus alimentaires et les réinjectent dans votre assiette, cuisinés, transformés et revalorisés pour lutter contre le gaspillage alimentaire.

* VELO VOOT
Une fois par semaine, Vélo Voot change de crèmerie et se déporte à La Serre pour vous proposer un ateliers participatif sur la mécanique du deux roues. L'association organise aussi des formations, un service de gravure pour protéger les vélos contre le vol et la location de vélos à court, moyen ou long terme.

* CIVIC INNOVATION NETWORK
Dans une démarche de résilience urbaine, ce laboratoire travaille à une meilleure collaboration entre les acteurs et actrices du changement pour répondre aux défis sociaux et environnementaux de Bruxelles. Le CIN vise à ce que ces initiatives se connaissent, collaborent et puissent bénéficier de l’appui d’institutions publiques, d’entreprises privées et de citoyens

* HABITAT PARTICIPATION
L'ASBL promeut les pratiques participatives dans le secteur de l’habitat urbain comme rural. Dans une perspective de développement durable, l’association contribue à la mise en oeuvre du droit à un logement décent et la mise en place de groupes citoyens solidaires

* LA JACQUELINE
Atelier de récup, de réparation, de création et de location sono. Le collectif musical, composé d’amoureux de musique, d’artistes, de makers et de cyclistes, fabrique des soundsystems mobiles et durables pour faciliter la diffusion de musique dans la ville.
 

Vous voulez en savoir plus sur les activités proposées? Retrouvez "Qui, que quoi et où" sur cette page.

° Ne manquez pas ce 21 avril de 16h00 à 23h00 la "Fête Solidaire" qu'organise La Serre au profit du projet Xèwà Sowé, futur Centre pour enfants défavorisés & orphelins au village de Sowé, dans le centre du Bénin.

Squat versus occupation conventionnée

Si le squat au sens strict du terme est l'occupation illégale d'un bâtiment, laissé vide, sans l'accord de son propriétaire, l'occupation conventionnée est quant à elle tout à fait légale puisqu'elle bénéficie d'un accord entre les occupants et le propriétaire du lieu, accord qui survient avant ou après l'arrivée des hébergés et pour un temps déterminé. Cette forme légale du squat trouve toujours plus de résonance sur le territoire belge, surtout depuis que les dispositifs en la matière se sont durcis.

La loi anti-squat adoptée en octobre 2017 par la Chambre a porté un coup à la survie et la dignité des personnes précarisées, les privant du droit essentiel qu'est celui du logement. En effet, la législation belge prévoit désormais la pénalisation de toute occupation illégale d'un bien immobilier. Le propriétaire d’un immeuble occupé peut faire appel à un juge de paix afin que l'occupant soit expulsé. Les peines encourues vont de l'amende (26 à 100 euros) jusqu'à un à huit jours de prison, dans le cas où l'occupant coopère et quitte les lieux occupés. Pour les personnes qui n’évacueraient pas un bien, les peines sont en revanche plus lourdes, allant jusqu’à un an de prison.

Le squat est polymorphe: si à la fin des années 60, il était l'étendard d'une certaine marginalisation, le fleuron anti-sytème, il a aujourd'hui diversifié ses champs de bataille, se dotant de missions variées: ateliers d'artistes, redynamisation d'un quartier par la tenue d'activités diverses, incubateur de changement social via des ateliers, conférences..., il reste néanmoins dans la plupart des cas le toit de la dernière chance, une solution temporaire mais pragmatique pour nombreuses personnes sans-abris, avec ou sans-papiers.

 

Tout savoir sur les actions concrètes de Communa, c'est par ici.

Vous voulez découvrir La Serre? La voici! Ou rendez-vous Rue Gray 171, 1050 Bruxelles
 

Ixelles vous parait à des kilomètres? Découvrez les autres bâtiments investis par Communa.

 

Claire Vandamme