Liege 4000

A Liège, les castors s'aventurent en ville: un arbre abattu devant la Médiacité

Les castors ne connaissent ni confinement, ni couvre-feu.

Cette nuit, ils ont d’ailleurs particulièrement bien travaillé en plein centre de Liège, juste devant la Médiacité. Là, en bord de dérivation, les gros rongeurs ont abattu un arbre qui s’est mis en travers du cheminement piéton le long du quai. De quoi obliger les passants à effectuer un détour ou… À ramper sous cet obstacle imprévu.

 

Protégés depuis 1992

Réintroduit en Belgique il y a une vingtaine d’années, le castor est protégé par une directive européenne de 1992. Il est interdit de le chasser, le tuer, le capturer, le détenir, le transporter et même le perturber. Une protection qui a permis aux familles de castors de se multiplier. S’il est habituel de les voir du côté de l’île aux Corsaires au confluent de l’Ourthe, le canal de l’Ourthe et la Vesdre ou le long du Ravel près du centre commercial Belle-île, c’est assez surprenant de découvrir leur œuvre près du centre-ville.

Végétarien, le castor se nourrit de feuilles, de pousses d’arbres et surtout d’écorces. Il a une préférence pour les écorces moins épaisses et donc, il n’hésite pas à faire tomber un arbre pour atteindre l’écorce la plus à son goût.

Grillage et résine

Le sympathique rongeur est "la bête noire" des responsables de la gestion forestière liégeoise notamment au parc de la Boverie. Là, il y a des arbres remarquables et les castors sont de redoutables prédateurs pour ces spécimens. Une vingtaine d'arbres en ont fait les frais. Des grillages avaient été disposés pour protéger les plus beaux spécimens. Pas toujours joli dans un parc classé. La ville a aussi innové avec un type de résine badigeonnée sur les troncs (le Wobra), un produit non nocif mais qui a un effet répulsif pour le rongeur. Quai du Condroz, les castors se sont attaqués à une dizaine de platanes. Là ce sont des  "enclos" qui entourent désormais les troncs. Quai de la dérivation, une dizaine d'arbres sont également atteints.

Mais le castor a aussi son utilité. Dans les vallées ardennaises, il refaçonne le paysage et cela n’a pas que des désavantages. En abattant certains arbres, il permet le passage de la lumière et de la chaleur. En créant des barrages et des mares, il contribue à la biodiversité en permettant, par exemple, le retour de grenouilles et tritons.

Françoise Dubois

Retrouvez l'article original sur RTBF