Aubange 6790

30 heures de soleil en deux mois en Belgique : un impact sur l'humeur et la santé

Depuis le 1er décembre jusqu’au 30 janvier, au lever du soleil, la Belgique a eu exactement 30 heures 26 minutes d’ensoleillement. La moyenne depuis 30 ans est de 103 heures.

Pour décembre seulement, les spécialistes évoquent un record historique : 10 heures 29 pour 45 heures de moyenne. On n’avait pas vu ça depuis 1934.

Du coup, pas étonnant si on se sent fatigués, déprimés, plus sensibles aux infections et aux maladies en tout genre. La lumière du soleil est en effet indispensable à notre bonne humeur et à notre bonne santé par le biais de deux mécanismes très différents : la stimulation lumineuse au niveau de l’œil et la production de vitamine D au niveau de la peau.

Du blues hivernal à la dépression sévère

Dans nos latitudes en hiver, les jours sont plus courts et les rayons du soleil plus obliques. Du coup, cela engendre une perte de luminosité en quantité et en intensité. Au niveau de l’œil, la lumière intervient dans le cycle jour/nuit, les rayons de lumière pénètrent dans l’œil, stimulent les récepteurs de la rétine, se transforment en signaux électriques envoyés au cerveau et contrôlent ainsi l’équilibre entre la sérotonine, la fameuse hormone du bonheur pendant le jour, et la mélatonine, l’hormone du sommeil pendant la nuit.

Quand la lumière manque en journée, il y a trop de mélatonine et pas assez de sérotonine, et interviennent des symptômes allant du blues hivernal — baisse d’énergie et de motivation, besoin accru de sommeil, attirance pour les sucreries — à la dépression sévère chez les sujets sensibles.

Pour l'humeur : la luminothérapie

Quel est le traitement ? On entend beaucoup parler de la vitamine D, mais cette dernière agit au niveau de la peau. Dans ce cas-ci, pour améliorer la situation, il y a deux possibilités : l’exposition régulière à la lumière extérieure - par exemple 15 minutes de marche le matin ou à midi - et la luminothérapie.

En recréant le spectre lumineux du Soleil sans les UV, elle inhibe la sécrétion de mélatonine et stimule la sérotonine, ce qui rétablit donc l’équilibre : moins de fatigue et plus de pêche. Attention, il y a des contre-indications.

En Finlande, ils ont instauré cette mesure en prévention du taux élevé de suicides. Là-bas, pendant l’hiver, le soleil se lève à 9h30 et il fait déjà nuit noire à 15h30.

Pour la santé: la vitamine D

La luminothérapie n'agit cependant pas au niveau de notre peau  et c’est là que la vitamine D est concernée. 80% de la vitamine D est fabriquée par l’exposition directe de grandes surfaces de peau aux rayons UV du soleil. Les 20% restants sont fournis par l’alimentation: foie de morue, poisson gras, jaune d’œuf, etc. La vitamine D intervient dans la santé des os et des dents en fixant le calcium et le phosphore, elle renforce la résistance aux infections, la santé du système nerveux et elle serait même impliquée au niveau cardio-vasculaire et cancérologique.

Sa carence est peu symptomatique et c’est donc une prise de sang qui en fera le diagnostic. Actuellement, 50% de la population belge est en manque. Et comme se balader bras et jambes nus en plein hiver présente d’autres inconvénients, il vaut mieux aller à la pharmacie.

Quels conseils?

L'idéal, ce serait de passer l’hiver court vêtu au sommet d’une montagne ensoleillée ou sur une île du Pacifique. Plus modestement, il est conseillé de sortir le nez dehors régulièrement, matin et midi, faire une séance de luminothérapie quotidienne et absorber des aliments riches en vitamine D, des suppléments selon le dosage sanguin. 

RTBF La Première

Retrouvez l'article original sur RTBF